mardi 28 mai 2024

DRAGON & MICROCHIPS, LE RETOUR !

Certains se souviennent de notre bon vieux fanzine des années 1990. Nous avons fait les fonds de tiroir avec Emmanuel Thibaut et exhumé des paquets de textes qui n'avaient jamais été publiés. 

Que la littérature vous garde mes amis ! 

 


 

 

D&M 3

 

Les Études du Dr Armitage
– Au-delà de la Science-Fiction, par M. Lefèvre
– Nous n’avons jamais été humains :
le néotène, les chimères et les robots, par Marika Moiseeff
Les Manuscrits d’Edward Derby
– Éphéméra, par Alain Fillion
– La Ritournelle, par Yves-Daniel Crouzet
– Le Ruban écarlate, par Carole Grangier
– Souvenirs du futur, par Alain Fillion
– Les chiens et leur Graal, par Emmanuel Thibault
– La tasse vide, par Emmanuel Thibault
– Retour de faveur, par Ryunosuke Akutagawa
– Oshino, par Ryunosuke Akutagawa
– Le journal de la servante Ito, par Ryunosuke Akutagawa
Les Stances de Dzyan
– Poèmes choisis, Comte Eric Stenbock
Les Parchemins de Yuggoth
– La saga de Delicielmel, Denis Brandin
La Bibliothèque d’Abdul Alhazred
– Notes de lecture

230 Pages

Juin 2024

(17 € plus 0,01 € de frais de port)

ISBN : 978-2-38014-095-8

dimanche 26 mai 2024

EMMANUEL THIBAULT DANS "LA LETTRE DU CROCODILE"

  


 

Sensibilité queer, espaces sécures et spiritualité par Emmanuel Thibault. Editions de L’œil du Sphinx, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris – France.

www.oeildusphinx.com

Le sujet est peu abordé dans les milieux initiatiques sauf de façon marginale. Il est pourtant nécessaire de le penser afin de demeurer en phase avec le monde présent et à venir tout en recherchant dans les traditions anciennes des nuances niées ou oubliées. Ce livre d'Emmanuel Thibault en est l’occasion.

Pour approcher le kaléidoscope de la culture queer, la spiritualité se révèle une entrée pertinente. A travers trois longs entretiens, Emmanuel Thibault, plutôt que de construire un modèle théorique, pose un regard anthropologique sur la vie spirituelle dans la communauté queer à travers trois personnes, trois rencontres importantes.

« En tant que chercheur en anthropologie du rituel associé à plusieurs ateliers de recherches universitaires parisiens, précise Emmanuel Thibault, la manière dont on envisage la spiritualité et dont on met en œuvre les dispositifs qui lui sont consacrés m’a tout spécialement interpellé. J’ai donc voulu mieux explorer ce terrain au lieu de m’en tenir à mes propres ressentis à ce sujet. La méthode des entretiens particuliers permet également de se confronter à des idées différentes, en posant des questions parfois inattendues ou en insistant pour aller au-delà de réponses convenues. »

Le premier entretien avec Katia Fjeld, historienne de l’art porte, sur « les qualités rituelles du Safe Space. Le deuxième entretien, avec Yann Minh, artiste multimédia traite de « la queer attitude ». Le troisième entretien avec la magnétiseuse Paty aborde « les sensibilités particulières ».

« Le thème de la sexualité, rappelle Emmanuel Thibault, et, logiquement, celui des sexualités plurielles et de la fluidité de genre ont fait l’objet d’un questionnement identitaire depuis l’aube de l’humanité. Comme l’activisme LGBTQIA+ s’efforce aujourd’hui de le faire savoir, ce n’est que dans les sociétés les plus patriarcales et les plus dogmatiques qu’on a réussi à faire penser qu’il pourrait s’agir d’un « problème ». Malgré cela, il est important, à mon avis, de réfléchir sur des bases bien documentées. »

Il commence par mettre en place plusieurs repères dans un esprit incessant d’ouverture : Cosmologies, différenciation sexuelle et fluidité de genre – Quelques figures mythologiques typiques (Hâpi en Egypte, Ardanârîshvara en Inde, Erinle dans le Vaudou…) – Rites de possession, chamanisme et minorités queers.

Il remarque significativement que « Presque partout dans le monde, les cultes de possession attirent la communauté LGBTQIA+, principalement parce qu’ils présentent pour des minorités souvent malmenées, voire ouvertement persécutées, une possibilité d’être socialement mieux acceptées, en particulier lorsqu’ils se comportent comme l’autre sexe. Ils y sont tolérés, souvent protégés, et peuvent s’exprimer plus librement dans les terreiros de candomblé, par exemple, qu’en général dans leur vie. »

Certaines expressions artistiques offrent le même genre d’espace sécurisant, créatif et libérateur, comme le théâtre traditionnel japonais ou l’opéra chinois. Les chamanismes ou traditions proches qui n’entrent pas dans la catégorie sont familiers avec les entre-deux, les intervalles, la fluidité, le mouvement permanent. Ils favorisent la pluralité spirituelle et accueille aisément la pluralité des genres.

Avec Kati Fjeld, Emmanuel Thibault aborde le sujet des safe spaces, sujet d’études sociologiques mais non anthropologiques dans les pays anglophones et quasiment ignoré en France. Le safe space désigne tout « lieu destiné à améliorer la sécurité de communauté marginalisées ou opprimées ». Ces lieux sont fort divers, institutionnels ou non. Face à la violence normative, aux stéréotypes, aux préjugés, les espaces protecteurs son nécessaires. Il s’agit non seulement de protection mais pour Kati Fjeld de lieux qui « permettent de développer et cultiver un bien-être psychologique ». Le concept est en réalité particulièrement subtil et complexe, sa réalisation tout autant au point d’apparaître pour Kati Fjeld comme « une forme d’événement social ». « On n’entre pas, dit-elle, dans un safe space pour y trouver le changement ou l’évolution personnelle, mais je crois que cela se produira finalement, car on y a trouvé un lieu où il est possible d’agir d’une façon qui était jusque-là impossible. »

Avec Yann Minh, artiste anticonformiste renommé dans le monde de la cyberculture, spécialiste des métavers et des réalités augmentées, nous plongeons dans certaines originalités de la spiritualité queer qui, par nature et par contrainte, est flexible, adaptative, exploratrice de la multitude des expériences humaines.

« Dans la culture queer, il me semble qu’il existe un processus relationnel d’appréhension globale de l’autre qui se rapproche du fonctionnement intuitif. Il y a un positionnement de soi et une approche de l’autre qui est plus ouverte au départ. Il se pourrait que cette disposition ou cette attitude rende également plus apte à percevoir des processus d’ordre mystique ou métaphysique qui se développent en parallèle avec notre évolution et celle de la complexification du traitement de l’information. »

Le troisième entretien avec Patsy, transgenre et magnétiseuse, conduit le lecteur avec beaucoup de respect et d’attention dans l’expérience personnelle et originale d’un soignant. Nous prenons conscience avec Patsy du poids des normes, modèle hétérosexuel mais aussi homosexuel, dans la pratique de soin. Patsy a dû s’en affranchir et édifier une spiritualité originale nourrie de nombreux apports mais aussi une pratique de soin alternative et différenciée.

« Une vie vaut une autre vie » enseigne les traditions, cela signifie inclure toutes les différences, toutes les expressions dans une expérience de non-séparation totale. Nous constatons chaque jour la force d’exclusion plutôt que d’inclusion des systèmes religieux, traditionnels ou politiques dominants. Ce livre permet d’interroger nos sociétés et nos représentations ou croyances personnelles. Plutôt que de proposer des réponses qui seraient de fait normées, normées autrement mais normées, Emmanuel Thibault privilégie l’art de l’approfondissement, de l’exploration libre et de la rencontre, trois fondements de toute spiritualité vivante.

vendredi 24 mai 2024

LES POETES DE SAINT-SULPICDE

  


 

 

Bonjour,

J'ai le plaisir de vous informer que, lors des mardis littéraires du 04 juin prochain, Jean Cadas et moi-même présenterons respectivement les ouvrages suivants :

- "Poèmes du Romantisme noir", choisis et adaptés par Jean Cadas.
Ces textes sont de véritables poèmes qui restituent en français les poèmes originaux. Ils constituent un véritable Grand-Oeuvre poétique ;
- "6 affaires résolues par Frieda et Gitta" (six nouvelles policières d’Erich von Neff traduites par Jean Hautepierre).
Dans ce recueil de nouvelles policières, Erich von Neff (poète par ailleurs) mêle avec art l'Histoire, l'humour et l'étrange.

Les rencontres littéraires ont lieu tous les mardis à 20 heures – Café de la Mairie ( salle du 1er étage) – Place Saint-Sulpice – Paris 6ème - Métro Saint-Sulpice - Il convient de prendre une consommation.

Bonne réception, et j'espère à bientôt,

Jean Hautepierre

mardi 21 mai 2024

INTRODUCTION AU DEPOUSSIERAGE DES MYTHES de Tchalaï Unger dans "la Lettre du Crocodile"

 


 

 

Introduction au dépoussiérage des mythes de Tchalaï Unger. Collection Les Archives de Geneviève Béduneau. Editions de L’œil du Sphinx, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris – France.

www.oeildusphinx.com

L’ouvrage est composé à partir de notes prises au cours de séminaires privés animés par Tchalaï Unger en 1989-1990 en France et aux USA. Ce séminaire, consacré au « Dépoussiérage des mythes » inaugura une série de six séminaires sur les « Mythes Essentiels » sous le titre global « Les Cinq Fleuves de l’Âme ». Les séminaires qui suivirent eurent pour thèmes : La Queste – La Source Unique (mythe du Père) – La Caverne Cosmique (mythe de la Mère) – Belle au Bois et Prince Charmant (mythe de la Rencontre) – du Jardin à la Ville.

Tchalaï Unger observe que tous les mythes connus peuvent se résumer à cinq « Mythes Essentiels », trois d’action et deux d’état, qu’elle désigne comme les « Fleuves de l’Âme ». « On s’y abreuve, ils vous transportent, ils circulent » dit-elle.

Tchalaï Unger commence par identifier les principes généraux et les fondements des mythes et les modalités de leur action sur nos représentations et nos expériences avant d’examiner plus précisément les cinq « Mythes Essentiels » qu’elle a identifié dans différentes cultures du monde. Ces cinq mythes se mêlent les uns aux autres dans des proportions très variables.

C’est une pratique des mythes qu’elle cherche à transmettre à travers des exemples pris aussi bien dans les traditions antiques (Dédale, Prométhée, Méduse…) que dans les contes (Blanche Neige) ou dans les réinterprétations plus récentes (Œdipe et la psychanalyse, Arthur Pendragon dans le film de John Boorman, Excalibur)). Elle illustre également son propos par des expériences plus personnelles dans le ton, très libre, qui est le sien.

Tchalaï Unger veut mettre en évidence l’intérêt des mythes mais aussi les mésusages trop fréquents qui peuvent avoir des conséquences néfastes.

« Quand l’intelligence et l’imaginaire, dit-elle, font quelque chose sans prétendre être dans la demeure de l’intelligence, aucun problème, on fait de la poésie, de l’art, et Dieu sait si c’est important et s’il n’y en a jamais suffisamment. Le poète a une fonction dans la société, le créatif a une fonction dans la société qui est une fonction quasi divine. Mais quand on opère cette copulation dans la demeure de l’intelligence, on n’attend même pas qu’un bébé en sorte, c’est tout de suite paralysant et empoisonnant. On peut appliquer cela a beaucoup de choses. »

L’intérêt du rapport au mythe proposé par Tchalaï Unger réside dans la possibilité d’une mise en œuvre immédiate dans le quotidien et par le corps.

« Il faut d’abord avoir les choses dans les sens ; et ensuite, le modèle que les sens construisent nous permet de nous asseoir sur quelque chose de tangible, pour aller vers une manière qui est de moins en moins tangible. Il faut commencer par le tangible, car si on ne lui règle pas son compte tout de suite, on ne va nulle part. »

« L’héritage de la chair » offre la possibilité d’une découverte, d’une ascension. Il en est la base. Dans les propos de Tchalaï Unger, le lecteur trouvera beaucoup à découvrir et à expérimenter que cela soit au côté d’Arthur et Guenièvre ou perdu dans le labyrinthe.

jeudi 16 mai 2024

LA CUISINE SENT BON LE THEATRE AVEC LA LOUVE


 Une pièce de Fabienne Leloup et Etienne Dénarnié sur l'Intelligence Artificielle. Fallait le faire, avec une magnifique photo de Marie Maitre. A bientôt sur nos étals.

samedi 27 avril 2024

SENSIBILITE QUEER, Emmanuel Thibault

 

Wow, je viens enfin de trouver le temps d'aller chercher mon exemplaire du livre d'Emmanuel Thibault paru chez l'Oeil du Sphinx et qu'il vient de m'envoyer. :
Emmanuel m'a accordé un long entretien/témoignage sur ma relation au mouvement Queer en rapport avec mon enfance androgynique cyberpunk dans une famille de militants révolutionnaires féministes et communistes, mes réflexions sur le corps, le BDSM, et mes pratiques péri artistiques, entre autre dans les métavers. Et je le remercie beaucoup pour la place qu'il a accordé à mes réflexions sur le sujet, en compagnie d'autres excellents invités, dont un sujet sur les « safe places »
Bref, c'est un livre qui est top, avec d'excellentes réflexions par différents invités, sur le Queer dont je me revendique depuis le début de ce mouvement.
Sensibilité Queer, Espaces Sécures et Spiritualité – Regards Croisés Inattendus
 

 
 
Une chronique de Yann Minh
 
Référence SENSQUEER
Ean13: 9782380140866
Auteur(s) Emmanuel Thibault
Illustration de Couverture © Jean-Paul Espinosa - insta: kipcoulecompany
EAN 9782380140866
Collection Les Inclassables de l’ODS N°5
Hauteur 20.32 cm
Largeur 12.7 cm
Poids 0.28 Kg
Nombre de Pages 248
Date de Parution 30/03/2024
EN SAVOIR PLUS
Auteur(s) : Emmanuel Thibault
Ce livre rassemble trois entretiens portant sur quelques aspects de l’implication de la spiritualité dans la vie de la communauté queer. Leur publication vise à éclairer la réflexion au moyen d’éléments qui ont affleuré au fil de ces riches échanges. Plutôt que de proposer une théorie en ce domaine, il s’agit ici d’attirer l’attention des personnes interviewées, celle de la communauté queer et celle des chercheurs qui voudront s’y intéresser, ainsi que celle du public, bien entendu, sur certaines notions familières en anthropologie qui pourront apporter un éclairage sur l’expérience vécue lorsqu’on se préoccupe de spiritualité en tant que queer. Les personnes interviewées, que je remercie très sincèrement pour leur participation, n’appartiennent pas aux stéréotypes communautaires ; c’est un choix voulu et assumé pour donner une épaisseur supplémentaire à cette pensée.
E. Thibault
Sommaire :
- Avant-Propos
- Introduction : Sensibilité Queer et Spiritualité
- Les Qualités Rituelles du Safe Space - Entretien avec Katia Field, Historienne de l’Art
- La Queer Attitude - Entretien avec Yann Minh, Artiste Multimédia
- À propos des sensibilités particulières - Entretien avec Patsy, Magnétiseuse
248 p

mercredi 24 avril 2024

LE 15 AOUT A PROVIDENCE


 

ON CAUSE TOUJOURS A RHEDAE

 


MARIE MAITRE RAFLE TOUT !


 




LE CHIEN DE PLEUVEN


 

LA FRATERNITE DES SEPT ROIS, Meade & Eustace

 


Dans la Collection RDN'Books


« Les récits de L.T. Meade et de ses collaborateurs présentent souvent des femmes maléfiques particulièrement douées pour imaginer des crimes ingénieux, auxquelles s’opposent des détectives amateurs doublés d’hommes de science. C’est le cas du roman que nous vous présentons ici, dont les héros ne sortiront pas indemnes de leur affrontement avec la redoutable Madame Koluchy. »

 

Chez EODS et Rivière Blanche

mardi 26 mars 2024

QUELQUES LEGENDES POUR LA NUIT ?

 Un ouvrage de l'ODS d'ores et déjà en vente sur AMAZON.



dimanche 24 mars 2024

LA CONSPIRATION JEANNE D'ARC, Gérald Messadié

 Une note de Rémi Boyer (La Lettre du Crocodile)


La conspiration Jeanne d’Arc (deux tomes) par Gerald Messadié. Editions de L’œil du Sphinx, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris – France.

www.oeildusphinx.com

Alors que des documentaires télévisuels cherchent à mieux cerner l’histoire de Jeanne d’Arc (1412-1431), Les Editions de L’œil du Sphinx ont la belle idée de publier le dernier ouvrage de Gerald Messadié (1931-2018) consacré à cette figure de l’histoire comme du roman national français.

L’érudition extraordinaire de Gerald Messadié, sa capacité à l’analyse critique, son écriture stylée, lui ont permis de publier des ouvrages de référence sur beaucoup des grandes figures de la culture occidentale, interrogeant l’histoire convenue et les mythes. L’Homme qui devint Dieu, consacré à Jésus fut un grand succès. Parmi ses très nombreux ouvrages, signalons ceux consacrés à la Bible, au diable, à Mahomet, à Moïse, à Judas, à Marie-Madeleine ou au comte de Saint-Germain… optant soit pour l’essai soit, comme c’est le cas pour Jeanne d’Arc, pour le roman historique.

S’il se passionna pour les avant-gardes comme pour les traditions ésotériques ou l’histoire des religions, il fut un esprit scientifique, rédacteur en chef adjoint de Sciences et Vie pendant un quart de siècle, nous rappelle Joseph Vebret dans une préface qui est aussi un hommage à l’homme et à l’auteur :

« D’une culture phénoménale, nous dit-il, d’un savoir-vivre malheureusement démodé, usant d’un style soutenu et de tournures parfois délicieusement surannées, Gerald Messadié était d’un autre temps. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, ce pourfendeur de la bêtise humaine aurait été reconnu à sa juste valeur et se serait assurément fait une place aux côtés des plus grands, par sa personnalité, son style littéraire, sa force créatrice et sa propension à composer de vastes fresques. Il y avait chez lui un côté baudelairien, un spleen profond, une détestation de son siècle ; un albatros doublé d’un antimoderne – il n'avait ni téléphone portable ni internet – néanmoins passionné par les avancées de la science. L’esprit constamment en éveil, aucun sujet ne lui était inconnu. »

Son Jeanne d’Arc fut achevé peu de temps avant sa mort, il clôt ainsi une œuvre qui compte et présente une certaine valeur testamentaire, par l’écriture, par la rigueur de la recherche, par l’orientation de la pensée.

Comme toujours dans les ouvrages de Gerald Messadié, particulièrement quand il fait le choix du roman historique, l’appareil de notes est de première importance car il rend compte de l’état de ses recherches sur les faits et indique ses sources.

Nous sommes, dans ce roman, à la fois pris dans une aventure épique et dans une démarche de démystification. Alors que Jeanne d’Arc reste l’enjeu d’appropriations religieuses ou politiques diverses, elle apparaît dans ce livre sous des angles inhabituels, mettant à mal ces appropriations très abusives. Gerald Messadié questionne et déconstruit les discours plaqués sur la sainte pour résoudre quelques énigmes ou mystères et faire apparaître une figure autre qui, si elle n’est pas totalement mise à nu, permet de mieux comprendre les faits et en tout cas de ne plus se laisser prendre par une légende savamment organisée et entretenue.

« D’un point de vue historique, signale Gerald Messadié dans sa postface, je crois l’avoir démontré dans les notes qui étayent le récit, les documents d’époque sont aussi douteux que les interprétations successives de l’histoire furent un tissu d’affabulations. Les faits avérés sont peu nombreux et ils contredisent toute l’imagerie d’Epinal qu’il est convenable de suivre. Les textes des procès en condamnation et en réhabilitation invitent tout deux à la circonspection et parfois suscitent le pessimisme, sinon l’incrédulité. »

Le roman, qui se lit avec plaisir, met en évidence une pensée logique et une analyse précieuse du fait. Il existe une méthode Gerald Messadié, rigoureuse, et un talent littéraire, ici conjugués pour le bonheur du lecteur.

AVEZ-VOUS ETE CHOISI ?

 

 


 

 

chers amis, chères amies,

Je me permets d'attirer votre bienveillante attention sur un nouveau livre que je publie demain 22 mars : Les fantômes comme les chats choisissent leurs maîtres, La Baconnière, 264 p. (le titre est une citation d'Hubert Haddad).
Il s'agit de la suite du Journal d'un amateur de fantômes, publié en 2018 et qui couvrait les années 2011 à 2018. Cette suite porte sur les années 2018 à 2023 et contient les ingrédients qui ont fait le succès de la saison 1 : histoires de fantômes, notes de lectures, commentaires de films, d'expositions, de faits d'actualité, pensées de haut vol, autobiographèmes, etc. Vous pourrez vous faire une idée de mes nouvelles fantasmagories en lisant la fiche de presse et l'excellente chronique de Michel Audétat que je mets en pièces jointes.
Si je vous adresse ce courriel, c'est parce que vous avez fait bon accueil aux élucubrations pneumatologiques que je développe depuis plus de vingt ans (j'essaie d'arrêter, mais, comme l'indique mon titre, ce n'est pas facile). Certains et certaines d'entre vous, qui m'ont fourni des anecdotes ou ont contribué d'une manière ou d'une autre aux événements que je raconte, se retrouveront d'ailleurs dans ce livre !
Merci à toutes et à tous de votre fidélité et de votre attention.
Bonne lecture !

Bien à vous

Daniel Sangsue


PS - dédicaces à la Librairie Payot d'Yverdon-les-Bains le samedi 30 mars de 10h. 30 à 12 h.; à la Boutique du livre à Neuchâtel le 6 avril à 11 h.; à la Librairie Pages d'encre à Delémont le 20 avril de 10 à 12 h.; à la Librairie Payot de La Chaux-de-Fonds le 18 mai de 10 h. 30 à 12 h.

SUR LE PONT DU PARANORMAL


 

dimanche 10 mars 2024

JE EST UN. MONSTRE, Colette Klein

 

Article de Claire BOITEL paru dans la revue Phoenix n° 40 de décembre 2023.

 

 

 

Colette Klein, JE est un monstre, Nouvelles, Les Éditions de l’Œil du Sphinx, 228 p., 12 €.

 

 

Dans ce recueil de 21 nouvelles, Colette Klein décline les genres de fantastique, jusqu’à en inventer de nouveaux ! Dans « Le Train », situation banale s’il en est : un homme monte dans un train, le quotidien est vu par le prisme d’une surréalité, il ne se passerait rien mais monte comme un brouillard de l’esprit une brume étrange… Une atmosphère jamais éprouvée, jamais vue, tel un personnage, s’installe sur le siège, et ne décolle pas. Cette atmosphère bizarre, c’est le temps.

Dans ces nouvelles, l’espace même est touché par cette temporalité étrange, puisqu’on a affaire à un espace hors du temps, un monde parallèle qui n’en a pas moins une influence fatale sur les personnages. Ce monde parallèle s’implante partout comme une ombre dont aucun soleil ne peut venir à bout, tapi dans des zones apparemment bien délimitées, connues voire touristiques comme la Chaise-Dieu et son abbaye ou la tour Solidor de Saint-Malo. À partir de situations que tout le monde est plus ou moins amené à vivre, notamment les familles qui visitent, qui voyagent, les innocents touristes, Colette Klein dit : Stop ! 

Stop ! Vous n’avancerez pas plus loin sans vous poser les questions existentielles, les interrogations magiques !

Une grande solitude hante les personnages, même quand ils ne sont pas seuls, solitude qui fait loupe et verre déformant comme la « poussière de verre » que reçoit dans l’œil le petit Kay au début du fameux conte La Reine des neiges d’Hans Christian Andersen, éclat du mal qui tache la vision du monde mais aussi éclat de l’extraordinaire puisqu’il est à l’origine d’une histoire fantastique. 

Rien de tel que la solitude pour voir et entendre en soi et autour de soi ce qui sans exister fait peur, et ensuite, par l’écriture, extérioriser ses condamnations intérieures et leur donner la chair de personnages.

« La fluidité de ses visions accentuait le vide, le transformait en réceptacle, en miroir. Les êtres qu’il avait connus défilèrent devant lui. Ils faisaient signe de la main et s’effaçaient d’eux-mêmes, gommés par une présence d’une autre nature. Une buée l’entoura qui devint souffle. »

Colette Klein est aussi peintre, et peintre qui parvient à réunir abstraction et fantastique : on croit voir émerger dans ses tableaux des silhouettes, des châteaux, des vues d’un enfer rouge ou d’un abysse bleu mais en sommes-nous certains et comment ces dentelles tracées au couteau deviennent-elles motif intérieur, vision ? Ainsi dote-t-elle son livre d’une illustration de couverture énigmatique— apocalypse de corps s’envolant d’un roc ?                                              

 

Note de Claire Boitel

 

AG DE L'ODS LE SAMEDI 20 AVRIL

 


 

 

 

L’ODS fête cette année ses 36 Ans

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SAMEDI 20 AVRIL 2024

 

Cette manifestation est réservée aux membres à jour de leur cotisation. Elle est toujours de 30 €

 

Avec toutes nos excuses pour le bug de la convocation précédente. Et en espérant que la SNCF n’aura pas la mauvaise idée de se mettre en grève.

 

A 18h30 à la Pizzeria Les Comédiens, 33 rue des Alouettes, Paris 19e (plateau de Belleville, métros Botzaris, Buttes-Chaumont ou Jourdain).

 

L’Assemblée Générale de l’association aura lieu à partir et 18h30 et sera suivie d’un dîner à 20h pour ceux qui le souhaitent.

Elle sera l’occasion de faire le point de nos activités quelque peu chahutées ces deux dernières années (décès, maladies, confinement…)

Quelques remarques en vrac :

° Il n’y aura pas d’exposé structuré cette année parallèlement à la réunion, mais un espace libre pour ceux qui voudraient échanger sur un projet qui leur tient à cœur.

° Le programme de publications qui vous sera présenté est particulièrement lourd.

° Le menu est à 20.- € (boissons et dessert non inclus, paiement sur place)

 

Entrée : assiette de charcuterie OU tomate-mozzarella

Plat : Escalope milanaise OU escalope au gorgonzola OU assiette de pâtes garnies OU pizza (4 saisons, 4 fromages, orientale ou napolitaine). Merci de nous indiquer vos choix en vous inscrivant afin que le restaurateur puisse prévoir les quantités

 

BULLETIN D’INSCRIPTION

 

Je soussigné

 

Nom

 

Prénom

 

Adresse

 

Participerai à l’AG de l’ODS

 

Participerai à l’AG de l’ODS et au dîner amical qui suivra. Je choisis les plats suivants :

 

Participerai au seul dîner amical qui suivra. Je choisis les plats suivants :

 

Ne participerai pas à l’AG de l’ODS et donne procuration

-       au Président

-       à un membre du Conseil que j’indique :

Je retourne ce bulletin à l’association.


 

 

 

 


-

Association et Éditions de l’œil du Sphinx

Philippe Marlin

36.42 rue de la Villette

75 019 Paris

tél 09 75 32 33 55 & 06 11 72 38 06

Fax 01 42 01 05 38

philippe.marlin@oeildusphinx.com

WWW.oeildusphinx.com

http://lebibliothecaire.blogspot.com/

Facebook, Philippe Marlin

 

 

 

 



[1] 40 € pour une cotisation couplée avec « Portes de Thélème », l’association des « Amis de Jean-Charlis Pichon ».