Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 30 décembre 2016

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : LA THEORIE DES CYCLES SELON LOVECRAFT





Le Cosmicisme de l’Infini (lettre de plus de 25 pages du 30/10/1929 à J.F. Morton, Lyre Press op. cité). Malgré le titre pompeux choisi par l’auteur, ce long texte est un nouveau plaidoyer matérialiste de base : il évoque … « un cosmos dans lequel il n’y a pas la plus petite parcelle de probabilité qu’il existe une conscience directrice, un ensemble de valeurs absolues ou un aspect « spirituel ». Mais ce qui est intéressant ici, c’est la couleur qu’il donne à son matérialisme, celle de l’indifférentisme. Il ne s’agit aucunement de pessimisme, mais de la conclusion naturelle à laquelle on arrive quand on a compris que la vie n’a pas de but et que toute idée d’un progrès collectif est totalement absurde. Lovecraft est à l’opposé d’un Hegel, qui voit une « montée de l’esprit dans l’histoire », mais plutôt tenant d’une histoire cyclique qui n’en finit plus de boucler sur elle-même. La civilisation actuelle s’oriente vers un monde de grand confort qui étouffera progressivement la culture. Ce monde s’effondrera soit par ennui, soit par une conquête venant de l’extérieur ( ?). Et la machine repartira sur une base nomade/pastoral, avec de vieilles femmes qui raconteront d’étranges légendes à propos des ruines de béton des ponts et des immeubles de ce que furent des villes, ou encore au sujet des « restes » du Sphinx d’Égypte ou des temples de Pétra. On aura droit bien sûr également dans cette confession à une critique en règle du christianisme qu’il qualifie de secte sémite abêtissante et une envolée nostalgique pour les virils vikings/teutons qui furent les fondateurs de la civilisation.
A noter qu’il envoie à F.M. Morton avec ce même courrier un poème se déroulant en Afrique, L’Avant-Poste.

Aucun commentaire: