Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 23 mai 2017

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : AU-DELÀ DU RÉEL, Paddy Chayefsky





Au-Delà du Réel de Paddy Chayefsky (Altered States, 1978 ; J’Ai Lu, 1979) développe une thèse assez fantastique, celle de la régression génétique. Remonter le temps jusqu’au mystère des origines est une obsession très lovecraftienne, comme en témoigne cet extrait de son Carnet de 1933 édité par François Bon (Le Tiers Livre, 2016) : Un homme tente de capturer son passé, aidé par des drogues et des musiques agissant sur la mémoire. Étend ce processus à la mémoire héréditaire, et même aux temps pré-humains. Cette mémoire ancestrale lui vient par les rêves. Tente une extraordinaire reconquête de ce passé primordial… Cette thématique sera partagée par beaucoup des amis du Prince Noir de Providence, et notamment Frank Belknap Long avec ses fameux Chiens de Tindalos (1929) ou Clark Ashton Smith avec Ubbo-Sathla (1932).
 Ce roman, qui sera brillamment porté à l’écran par Ken Russel en 1980, met en scène un chercheur en physiologie de l’Université de Cornell, Edward Jessup, qui travaille sur la schizophrénie et les états modifiés de la conscience par le biais d’un caisson d’isolation sensorielle. Une petite parenthèse personnelle pour indiquer que ce type de recherche avec ce genre d’outil est très proche des travaux de notre ami suisse Hugo Soder (http://www.medirelax.com/hugo-soder/)


Edward fréquente une jeune femme, Emily, qu’il épousera. Celle-ci est anthropologue et effectue des recherches sur le langage des singes les plus évolués.
Edward ramènera d’un voyage au Mexique des produits hallucinogènes qu’il utilisera lors de ses nouvelles immersions dans le caisson d’isolation. Il régressera jusqu’au stade de l’homme primitif, et c’est un petit singe qui sortira du caisson, semant la terreur dans les couloirs de l’université et dans le Jardin zoologique où il ira se repaître de tendres antilopes. Revenu à l’état « normal » une fois les effets du produit dissipés, il pourra constater que les enregistrements de son langage ressemblent fortement à ceux réalisés par son épouse dans le cadre de ses propres travaux. Une nouvelle expérience amènera Jessup au-delà de sa propre identité, découvrant que l'origine de l'univers entier, de la matière avant même la vie, est inscrite dans notre ADN.  Nos propres gènes s’inscrivent dans la mémoire de l'univers, du « big bang ». Tout est en chacun de nous. Et c'est entièrement métamorphosé qu'il ressurgira de cette expérience de nature quasi-religieuse. Car s’il a vu la vérité en face, celle-ci est hideuse. La vérité finale de toute chose est qu’il n’y a pas de vérité finale. 


On notera que ce roman est fort bien documenté sur le plan scientifique et qu’il nous offre des moments très rafraîchissant sur le thème « savants fous », comme cette rencontre avec une bande de jeunes physiciens quantiques pour essayer de comprendre le mystère des transformations physiques du chercheur.
La thématique développée par Paddy Chayefsky sera partiellement reprise par Colin Wilson en 1982 avec La Pierre Philosophale (Néo).

Aucun commentaire: