Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 30 juillet 2013

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : RENNES-LE-CHATEAU, LE SECRET DEVOILE de Christian Doumergue

 



Franck Daffos nous avait donné Rennes-le-Château, le Secret Dérobé (EODS, 2005). Christian Doumergue franchit un pas supplémentaire et nous propose Rennes-le-Château, le Secret Dévoilé (Les Éditions de l’Opportun, juin 2013), un titre pour le moins alléchant, préfacé par nos deux « Maîtres du Mystère » que sont Giacometti et Ravenne. Passionné bien sûr par l’affaire, l’auteur est aussi un mordu de l’écriture puisque cet ouvrage est sa quatrième synthèse castelrennaise. On peut du reste se demander s’il y en aura une cinquième, puisqu’il a enfin percé le Grand Secret du Razès !
La première partie résume de façon synthétique, mais bien documentée, l’affaire Saunière : du trafic de messe (en s’appuyant notamment sur les travaux d’Octonovo, Une Affaire Paradoxale, EODS, 2008), des dons (en intégrant ses propres recherches sur « Le Cercle de Narbonne ») et des découvertes trésoraires (en s’appuyant notamment sur les révélations de la dernière version de L’Héritage de l'abbé Saunière, Corbu/Captier, EODS 2012).
Mais tout cela n’est qu’une très légère entrée en matière. Car le Grand Mystère se cache au plus profond de la pensée de Pierre Plantard, véritable créateur du Mythe. Un Plantard qui aux yeux de l’auteur était un grand ésotériste, très marqué par la pensée de Paul le Cour, fondateur de la revue Atlantis. Et quel était le but de cette mystification ? Éveiller les consciences à l’aube de l’entrée dans L’Ère du Verseau.
Mais il n’y a pas, chez Plantard, qu’une grandiose farce ésotérico-surréaliste. Il y a aussi la découverte d’un indicible secret. Christian Doumergue revient sur ses précédentes investigations, et notamment celles concernant Marie-Madeleine dont le tombeau devrait être dans la région. Une Marie-Madeleine réfugiée de Palestine, transportant avec elle le corps du supplicié. Il subodore la localisation du tombeau sacré à proximité de Rennes-les-Bains, au Rocco Negro sous lequel, selon certains écrits plantardiens, se trouverait un « temple circulaire ». Mais les révélations de Christian Doumergue ne s’arrêtent pas ici, et, rapidement, débouchent sur du « très lourd ». Suit en effet une lecture très contestable de La Race Fabuleuse de Gérard de Sède au cours de laquelle Christian Doumergue oublie deux choses, qui lui ont pourtant été signalées : premièrement, c’est que certaines personnes ayant activement participé à l’élaboration de La Race Fabuleuse sont toujours présentes et savent exactement ce que signifie cet ouvrage, c’est-à-dire un pamphlet à l’encontre des utopies de Pierre Plantard (voir la photo de couverture du livre) ; deuxièmement, c’est que Gérard de Sède et ses amis avaient un véritable sens de l’humour Et l’auteur, prenant l’ouvrage au premier degré, de nous expliquer que Jésus était manifestement d’origine extraterrestre, les « Fils de Dieu » s’étant comme chacun sait unis aux "Filles des Hommes » qu’ils trouvèrent belles. Le chercheur, sans complexe du reste, nous avoue qu’« après avoir structuré toute ma quête autour de la raison, peut-être était-il temps de l’abandonner là et de continuer sans elle ». Il rejoint ce faisant l’école des grands investigateurs romantiques que furent Charroux, Von Däniken, Guieu et bien d’autres. Il s’appuie également sur les « visions » du célèbre médium Edgard Cayce qui voyait certaines possessions sacrées des Atlantes dans les Pyrénées.
En conclusion, sur des bases fortement discutables, Christian Doumergue apporte une contribution importante au Rêve du Razès. Discutables, mais aussi éminemment dangereuses, car il évacue totalement la vraie histoire de Bérenger Saunière, devenue accessoire, reconnaissant lui-même que cette grandiose construction mythologique aurait pu être édifiée à partir d’autres lieux que le village du curé. Non, décidément, il faut vraiment lutter pour « préserver l’âme de Rennes-le-Château ».

PM & PR

3 commentaires:

Le Bibliothécaire a dit…

La réaction de l'auteur :

http://christiandoumergue.com/tartuffefaitlibraire.pdf

Le Bibliothécaire a dit…


Commentaire reçu de Yves Lignon :


Lettre Ouverte à Christian Doumergue.


Vous avez publié récemment "Rennes—le –Château, le secret dévoilé". Deux de vos lecteurs. Philippe Marlin et Paul Rouelle, n'ont guère apprécié l'ouvrage. Ils disent pourquoi sur le site de l'Association pour la Préservation de l'âme de Rennes-le-Château :

http://aparc-rennes-le-chateau.com/un-livre-qui-pourrait-mettre-en-peril-lame-de-rennes-le-chateau/

Qu'un auteur ne goûte pas la critique négative, rien de plus compréhensible. Que ce même auteur veuille répliquer très vite, quoi de plus légitime ? Vous venez donc de répondre (1 août 2013) sur votre propre site Internet (www.christiandoumergue.com)

Là rien ne va plus. Non seulement vous ne vous en prenez qu'à l'un des deux signataires du texte qui vous irrite mais vous employez un procédé insupportable pour qui est attaché à la liberté de pensée et d'expression. Cette manière de faire, qui est aussi la préférée des impuissants intellectuels, consiste à mélanger une alouette de réponse argumentée à un cheval d'attaques ad hominem. Et vous mettez à la tâche l'insistance des fats. Cinq pages et un dessin pour traiter quelqu'un d'hypocrite et de malhonnête ! à croire que vous appréciez les sensations données par les plaisirs solitaires !!

Bien que vous faisant remarquer, en passant, que le Prix Bérenger Saunière est décerné par un jury et non par une personne on ne vous rejoindra pas dans le cloaque où vous vous plaisez. Tout juste déplorera-t-on l'absence d'un miroir dans votre salle de bains. Vous y verriez chaque matin le visage d'un auteur qui fait figurer en couverture de son dernier ouvrage le nom des deux préfaciers (romanciers très connus) en caractères presque aussi gros que ceux du titre. En un mot la tête d'un tartuffe, un vrai.

Anonyme a dit…

cette réponse est l'œuvre d'un jaloux