Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mercredi 31 juillet 2013

A LA MEMOIRE DE JEAN-LUC ROBIN

 
Vendredi 2 août à La Reine du Château
Une soirée organisée par les associations ODS, ARTBS et APARC et  les librairies Atelier Empreinte et Mutus Liber.
21 heures (possibilité de diner sur place)
Hommage à Jean-Luc Robin
Par Nicolas Miècret et Philippe Marlin

Une soirée dédiée à la mémoire de celui qui fut durant de nombreuses années « l’âme de Rennes-le-Château ». Elle prendra la forme d’une projection de films réalisés à l’occasion des conférences données par Jean-Luc Robin, lors de la sortie de ses ouvrages. Il sera notamment interviewé par un de ses grands amis, René Choy.



Rennes-le-Château a eu, pendant de nombreuses années, une âme, et celle-ci s’appelait Jean-Luc Robin. Né le 27 juillet 1949, il arpenta très jeune la colline, toute proche de Carcassonne où il résidait. Nul doute que, comme tout le monde, il farfouilla à la recherche du trésor, son père lui ayant raconté, dès l’âge de sept ans, l’histoire du « Curé aux Milliards ». Après des études de lettres et de droit, il fut tour à tour antiquaire et chef étoilé, en France, au Brésil, en Bolivie... Il se réinstalla dans l’Aude en 1995 et, répondant à une petite annonce, se retrouva rapidement gestionnaire du Domaine de l’Abbé qu’Henri Buthion venait de revendre à un homme d’affaires américain et à un journaliste hollandais.
Commence alors une longue histoire d’amour, Jean-Luc cherchant à faire partager sa passion aux nombreux visiteurs arpentant la Cité du Chariot. Avec ses amis Antoine Captier et Claire Corbu, il ouvrit un petit musée pour présenter les documents et objets ayant appartenus à Bérenger Saunière et qui avaient pu être préservés. Il se lança également dans la restauration « conviviale », faisant de « La Table de l’Abbé » le point de passage incontournable des chercheurs, touristes, curieux et amis. Car, et c’est ce qui fit la force et le charme du personnage, à savoir se créer des réseaux de relations solides et fidèles dont certaines têtes de proue étaient Henry Lincoln et René Choy.  Nous nous souviendrons longtemps des conférences qu’il animait de main de maître dans le jardin du curé, faisant intervenir toutes les sensibilités de la recherche castelrennaise. On gardera aussi la nostalgie du méchoui des chercheurs qu’il organisait tous les mois d’août, une grande fête « gauloise » comme il aimait la qualifier.
Jean-Luc nous a laissé deux ouvrages, Le Secret de Saunière (Sud Ouest, 2005) et Mon village à l’heure du Da Vinci Code (Sud Ouest, 2006, épuisé) dans lesquels il retrace son aventure, sa perception poétique de l’affaire et sa formidable volonté de « préserver le rêve ». À ce titre, et ce sera son dernier combat, il créa en 2006 L’Association pour la Préservation de l’Âme de Rennes-le-Château, s’insurgeant contre les modifications apportées au site par la municipalité de l’époque. Il s’est éteint le 9 mars 2008, alors qu’il venait de remporter les élections municipales.

Aucun commentaire: