Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 10 octobre 2014

AMIS POETES, REJOUISSEZ VOUS !


 
http://www.lamaisondepoesie.fr                                                                                  AUX AMIS DE LA POÉSIE            


VICTOIRE DE LA MAISON DE POÉSIE

LA SACD CONDAMNÉE PAR LA COUR D’APPEL


            APRÈS SEPT ANS DE POURSUITES, DE HARCÈLEMENT ET DE TRACASSERIES DE LA PART DE LA SOCIÉTÉ DES AUTEURS ET COMPOSITEURS DRAMATIQUES (SACD), LA MAISON DE POÉSIE-FONDATION ÉMILE BLÉMONT VIENT ENFIN DE VOIR RECONNU SON DROIT DE PROPRIÉTÉ.

            Par un arrêt du 18 septembre 2014, la Cour d’appel de Paris « ordonne à la SACD de restituer à la fondation “la maison de poésie” les locaux litigieux » et « condamne la SACD au paiement des dépens de première instance ainsi qu’au paiement des dépens de l’appel ». Cet arrêt respecte celui de la Cour de cassation qui avait déjà affirmé notre droit.
            C’est une victoire décisive pour notre Fondation et ses avocats. C’est aussi la victoire de tous ceux qui nous ont apporté leurs soutiens financier, moral, psychologique que nous remercions chaleureusement : ils nous ont aidés à résister à cette tentative de spoliation.

            C’est en outre la victoire de la poésie au sein d’une société que le goût du lucre, la recherche éperdue du profit, l’écrasement des valeurs a profondément  pervertie. La SACD a essayé de s’approprier gratuitement nos locaux – et elle a échoué. Que tous les amis de la poésie soient ici remerciés ! Parmi eux, les sociétés littéraires qui nous ont soutenus, comme la Société des Gens de Lettres, le PEN-Club, et particulièrement la Société des Poètes Français qui nous a généreusement accueillis.
            Il a fallu quatre procès, plus de sept ans de résistance, d’opiniâtreté, de combats incessants, de lutte ininterrompue de notre modeste Fondation contre la puissance d’une société sûre d’elle-même, de sa force et des ressources de sa trésorerie.
            Nous allons nous employer à reconstituer tout ce que ces attaques impitoyables de la SACD ont détruit : le bon fonctionnement de notre Fondation, les publications de recueils, l’aide aux jeunes poètes, la recomposition de notre bibliothèque, les rencontres de poètes, les conférences et les débats, etc. Il nous faudra trouver des fonds importants pour y parvenir, acheter et réaménager tous nos équipements, mobilier, informatique, refaire une trésorerie suffisante, etc. Notre ténacité et les promesses de l’avenir ne supprimeront pas, hélas, les dégâts considérables entraînés par l’acharnement de la SACD, certains irrémédiables, en particulier les difficultés personnelles ainsi engendrées, le licenciement et la mise en chômage de longue durée de notre Directrice-Conservateur.
            Nous avons tous durement ressenti les ravages de cette tempête dont les dirigeants de la SACD sont entièrement responsables, et les auteurs et compositeurs dramatiques adhérents complices, peut-être sans vraiment le savoir. Les coupables de cette attaque inédite contre notre Fondation ont cru triompher d’elle en s’appuyant sur un texte qu’ils estimaient litigieux. En fait, ces maladroits ont abouti à la validation totale à notre avantage de ce texte par la cour de cassation, par la cour d’appel, par de nombreux commentaires des plus éminents juristes français.
             Notre victoire est celle de la poésie et celle du droit. Elle ne résout pas nos problèmes immédiats, mais nous les affrontons avec confiance – et avec votre aide.

            La Maison de Poésie-Fondation Émile Blémont continue, et elle remercie à nouveau tous ceux qui lui ont permis de résister et de faire reconnaître son droit.

LA MAISON DE POÉSIE-FONDATION ÉMILE BLÉMONT

06 37 51 17 09.     lamaisondepoesie@gmail.com

LA MAISON DE POÉSIE. SOCIÉTÉ DES POÈTES FRANÇAIS. 16, RUE MONSIEUR-LE-PRINCE. 75006 PARIS.





Aucun commentaire: