Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

jeudi 31 décembre 2015

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : LA MUSIQUE D'ERICH ZANN, Lovecraft





La Musique d’Erich Zann (1921, in National Amateur 1922 & Weird Tales 1925)
J’ai examiné des plans de la ville avec le plus grand soin, et pourtant, je n’ai jamais pu retrouver la rue d’Auseil. Je n’ai pas seulement parcouru des cartes récentes, car je sais que les noms de rues changent avec le temps. Je me suis au contraire plongé dans l’histoire de ces lieux, et j’ai exploré chaque recoin dont le nom aurait pu rappeler celui de la rue d’Auseil. Malgré tous mes efforts, je garde un souvenir amer de n’avoir pas su retrouver la maison, la rue, ni même le quartier où, sans le sou, j’ai habité pendant mes derniers derniers mois d’études de métaphysique à l’université. C’est dans la rue d’Auseil que j’ai entendu la musique d’Erich Zann. Le narrateur, jeune étudiant en métaphysique, a pourtant passé quelque temps dans cette petite rue imaginaire de Paris, dans une mansarde dont le dernier étage était occupé par Erich Zann. Un musicien muet, employé le jour dans un théâtre-cabaret, et joueur de viole dans son appartement la nuit. Là, dans le petit couloir, devant la porte barrée et le trou de serrure masqué, j’ai entendu souvent ces sons qui me remplissaient d’une terreur indéfinissable – la terreur d’une vague merveille et d’un mystère rêveur. Ce n’était pas que ces sons soient affreux, non, ils ne l’étaient certes pas ; mais ce qu’ils entretenaient de vibrations n’appartenait à rien qu’on puisse relier sur la terre, et à certains intervalles ils atteignaient une qualité symphonique qu’on pouvait dicilement concevoir être produite par un seul interprète.
L’étudiant est fasciné par l’étrange beauté de sa musique, et, avec difficultés, finit par entrer en contact avec l’artiste. La fenêtre de sa pièce de travail est toujours soigneusement fermée et interdiction est faite à son visiteur de tenter de l’ouvrir. Il lui explique que ses mélodies visent à empêcher Ceux du Dehors de pénétrer dans notre monde. Une nuit, et après une symphonie particulièrement terrifiante, l’étudiant monte chez son voisin. La pièce est vide et la fenêtre ouverte. Celle-ci donne sur les étoiles.

Une belle nouvelle, très poétique, que Lovecraft considérait du reste comme son meilleur texte. La critique, notamment celle de S.T. Joshi, sera plus réservée, reprochant à ce texte son manque de cohérence. Bergier, pour sa part enthousiasme, aurait demandé à Lovecraft comment il avait visité Paris. Celui-ci lui aurait répondu « en rêve ». (In Planète no 1). Cette correspondance est sujette à caution !
Le texte a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Marc Thomas, dans le cadre de son cursus universitaire (La Transition d’Ulrich Zann, film noir et blanc de 15 minutes, 1996). 

Voir aussi : La musique d'Erich Zann

1 commentaire:

Le film des nuages a dit…

"La Transition d'Ulrich Zann" a été réalisé dans le cadre de l'IDHEC (Fémis aujourd'hui) en 1988. Signé, l'auteur lui-même ! www.marccharley.com