Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 6 février 2015

L'AFFAIRE DUSSAERT, une enquête de Jacques Mougenot

-->



On ne remerciera jamais assez Jacques Mougenot pour avoir enquêté sur cette extraordinaire Affaire Dussaert (EODS, 2014). Il était urgent en effet de présenter l’œuvre de ce grand artiste méconnu, Philippe Dussaert (1947-1989), chef de file du mouvement vacuiste dans les années 80. Ancien élève des beaux-arts, frappé très tôt par une maladie incurable (sclérose en plaque), c’est la galeriste parisienne Peggy d’Argenson qui exposa et promut les créations de l’artiste auquel elle consacra, du reste, une biographie. Jacques Mougenot, dans ses conférences, insiste beaucoup sur le fait qu’il était considéré, au début de sa carrière, comme un « raté », tout au plus comme un copiste douteux. Il fallait en effet avoir un sacré culot pour centrer son œuvre sur le thème de « l’après » ; après la Joconde en reprenant le paysage italien mais en gommant Mona Lisa (photo) ; après Le Déjeuner sur l’Herbe de Manet, en représentant la clairière vide de ses occupants etc… 19 tableaux seront ainsi réalisés, exposés dans les plus grandes galeries parisiennes et trouveront finalement leur public. A tel point que de grands musées étrangers (Berlin, Tel Aviv, Philadelphie…) feront l’acquisition de certaines pièces. Le conférencier projette les photos des tableaux et nous montre les catalogues des expositions ainsi que plusieurs revues d’art critiquant, de façon souvent positive, le travail effectué.


Mais c’est en mars 1988 que Philippe Dussaert va frapper un grand coup en organisant une exposition de légende, « Après tout ». On a crié au canular à l’époque, les deux pièces de la galerie étant totalement vides, et fortement éclairées pour montrer qu’il n’y avait rien. Ce qui n’empêchera le catalogue de l’exposition de comporter plus de 400 pages (Jacques Mougenot nous le montre), sans photos bien sûr, mais avec de nombreuses contributions de philosophes, écrivains, critiques d’art etc s’interrogeant sur le sens de cette prestation inédite.
Philippe Dussaert s’éteindra en janvier 1989 à l’Hôpital Américain de Neuilly, et Madame d’Argenson, qui avait acquis « Après tout », le mettra en vente à la salle Drouot. En fait l’œuvre vide est simplement représentée par un certificat de propriété. C’est le Moma de New York qui remportera les enchères, mais se fera « coiffer » par une préemption du Ministère de la Culture pour compte du Louvre. Une acquisition qui partira en déconfiture, suite à plusieurs accusations de plagiat, et notamment celle d’un écrivain belge, Gilles Watrin, qui exhibera un manuscrit déposé à la SABAM de Bruxelles et qui est vide. Cela soulagera la Cour des Comptes qui avait été saisie sur le thème « dépenser de l’argent public pour acquérir du néant » et qui avait bien des difficultés à se prononcer sur la fait de savoir si « Après tout » était bien une œuvre d’art contemporain.
En sortant de cette conférence, on est quand même en droit de se demander si Philippe Dussaert n’est pas à l’art pictural ce que Jean-Baptiste Botul fut à la philosophie !



Cette enquête extraordinaire est actuellement représentée au Ciné XIII Théâtre à Paris (1 avenue Junot, 75018).

Le Livret est disponible sur la boutique de l’ODS :

Aucun commentaire: