Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 24 janvier 2017

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : LE NECRONOMICON, J.V. Shea





Le Necronomicon (1936/37 env, James Vernon Shea, in Dragon & Microchips no 14, 1998).  L’auteur était un lovecraftien passionné qui nous propose un texte, revu par Lovecraft, qui restera longtemps « sous les radars ». Il n’a jamais été publié et c’est Jean-Louis Sarro qui nous en a remis une copie dactylographiée que nous avons punlié, sous une traduction de Christophe Thill, dans D&M. L’éminent lovecraftien Dan Clore le reprendra sur son site internet.
La nouvelle met en scène Lovecraft, sous le nom d’Edward Stowescroft, alors âgé de 46 ans. C’est un gentilhomme cultivé, doté de vastes connaissances, qui vit avec sa tante après un divorce à l’amiable. Il a une rigueur très « militariste », un penchant pour l’idéologie fasciste, entretient une incroyable correspondance et écrit sur des sujets flirtant avec la magie noire. Le Necronomicon a été son invention la plus réussie. Bien qu’il s’agisse d’une fiction, son auteur n’en plaisantait jamais, eu égard aux circonstances de sa création.
L’idée de ce livre lui était venue dans des circonstances qui avaient hanté sa mémoire pour toujours par la suite. Toute sa vie, il avait été sujet aux cauchemars les plus effrayants ; en fait, plusieurs de ses rêves les plus frappants lui avaient fourni des idées pour ses histoires. Une nuit, il avait rêvé, et savait qu’il rêvait, et pourtant la conscience d’être assoupi ne le tira pas de son sommeil, contrairement à ce qui se passe presque toujours. Son rêve était si terrifiant qu’il lutta pour se réfugier dans l’éveil et s’aperçut qu’il ne le pouvait pas. D’une certaine façon, il sut que s’il ne se réveillait pas immédiatement, il n’y aurait plus d’Edward Stowescroft pour regagner le monde des vivants. Le côté militaire de sa nature ne voulait pas tolérer une capitulation aussi abjecte ; et, à force de tentatives acharnées, il parvint à se libérer – pour se retrouver, non dans son lit, mais dans un cimetière abandonné de Providence, auprès d’une tombe dont les pierres qui s’effritaient donnaient l’impression d’avoir été récemment remuées. Et dans son esprit se trouvait, ineffaçable, l’idée du livre, et même son nom. Il s’en était emparé pour ses histoires, car une grande partie de la réussite d’un conte fantastique dépend du choix de symboles frappants au nom sinistre, comme Bethmoora que fuient les lions chez Dunsany, comme le Signe Jaune de Chambers, comme les lettres[1] Aklo de Machen – mais il dut s’avouer à lui-même que cette appropriation le mettait un peu mal à l’aise.
… ce livre était connu de son grand-père, et son grand-père, après en avoir parlé à voix basse, avait fait le signe de la croix.
… Était-il possible que le livre existe réellement quelque part, et que par une forme mystérieuse de communication, il en ait eu connaissance dans ses cauchemars ? Et, en admettant cette hypothèse invraisemblable, comment pourrait-il le trouver et en exorciser les maléfices ?

Lovecraft utilisera cet ouvrage dans nombre de ses nouvelles alors que ses amis et correspondants se l’approprieront dans leurs propres œuvres, toutes publiées pour l’essentiel dans un pulp bon marché. Un jour cependant, l’auteur fit passer dans la dite revue une note demandant à toutes ses relations de cesser d’utiliser le livre maudit. Panique dans les rangs du « Circle » qui amènera l’un des ses membres, Lounger Jr (lire F.B. Long) à rendre visite à l’Ermite. Il retrouvera un vieil homme, persuadé de sa fin prochaine, qui lui déclarera :
J’ai acquis la conviction que le Necronomicon est plus réel que je ne l’avais supposé. Mais comment est-ce possible ? c’est comme si Cervantès était hanté par le fantôme de Don Quichotte. Cependant, si je devais accorder foi au Yoga et à toutes ces absurdités extrême-orientales, je pourrais croire que la mention répétée du Necronomicon a créé bien plus qu’une simple image mentale. Les Yogas enseignent qu’à force de concentration, bien des choses peuvent acquérir une forme solide.
Troublé et décidé d’en avoir le cœur net, il ira consulter un prêtre à l’église de Federal Hill et tracera dans sa chambre un cercle, avec à proximité de main un rosaire, un flacon d’eau bénite et un pistolet. Il évoquera Nyarlathotep qui commencera à prendre forme malgré son imprécation : Va t’en, c’est moi qui t’ai imaginé !
Suite au bruit d’un coup de feu, sa tante se précipitera dans sa chambre ; elle ne retrouvera que les vêtements de l’écrivain, son corps ayant disparu. 




[1] Annotation de HPL : « rituels ? » (en fait il s’agit bien des lettres Aklo ; cf Arthur Machen, Le Peuple blanc)

Aucun commentaire: