Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 10 janvier 2017

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : L'HERITIER DES TENEBRES, C.A. Smith





L’Héritier des Ténèbres (1932, C.A. Smith, The nameless Offsting in  Strange Tales, 1932). Cette nouvelle du “Circle” s’ouvre par une belle citation du Necronomicon, dans l’esprit de celles (trop rares) que Lovecraft nous a lui-même proposées avec leur entêtant parfum d’horreur cosmique !

Nombreuses et multiformes sont les horreurs insoupçonnées qui infestent la Terre depuis la nuit des temps. Elles sommeillent sous la pierre que le pied ou la main n'a pas dérangée ; elles hantent les océans et les lieux souterrains ; elles dorment au cœur des sanctuaires oubliés ; elles sortent à l'aube en sortant de riches sépulcres d'airain ou de modestes tombes scellées dans l'argile. Certaines sont depuis longtemps connues de l'homme, tandis que d'autre lui sont encore inconnues, attendant le chaos des derniers jours pour se révéler. Les plus terribles sont malheureusement encore à venir. Mais parmi celles qui se sont déjà montrées par le passé et sont apparues au grand jour, il en est une qui ne peut être nommée ouvertement en raison de son infamie particulière, celui qui hante le mystère et l'obscurité des tombeaux et n'apportant en effet que la mort et la folie.

Le problème est que cette citation n’a rien à voir avec le texte qui suit, un peu comme si elle avait été surajoutée pour obtenir le « tampon du Circle » ! Il s’agit une fois de plus d’une histoire de maison maudite dans laquelle se rend une nuit d’orage Henry Chaldane, en vacances en Angleterre. Cette maison appartenait à un ami de son père, John Tremoth, qui a subi une terrible épreuve. Son épouse, malade, a été enterrée dans le caveau familial alors qu’elle n’était pas morte. Il parviendra à la sauver, mais elle mourra de folie après lui avoir donné un enfant monstrueux. Le visiteur est accueilli par John, toujours en vie, heureux de revoir le fils d’un ami et lui conte son calvaire. Il lui propose une chambre pour la nuit, mais le visiteur ne peut dormir suite à des grattements venant d’une chambre contigue barricadée. On devine la suite, on retrouvera le châtelain déchiqueté par son fiston qui avait cette nuit là une grosse faim !

Aucun commentaire: