Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

jeudi 20 mars 2014

TATIE ZAZA A L'HONNEUR


Erzsébet Bathory, la légende sanglante

Dernière mise à jour : 19/03/2014 à 15:17

Le Courrier Vendéen
Un livre à découvrir de toute urgence
Un livre à découvrir de toute urgence
LIVRE. – Il est des légendes qui traversent les siècles et font fi des réalités. A l’instar du cruel guerrier Vlad Tepes désormais connu comme Dracula, le plus célèbre des vampires, Erzsébet Bathory (Elisabeth, bien souvent pour les occidentaux), fait partie de ces mythes qui ont stimulé les imaginaires les plus morbides.
Et pour cause, selon la légende, cette comtesse hongroise du 16e siècle serait à l’origine de mort dans d’atroces souffrances de quelque 650 jeunes filles avec un seul but : se baigner dans leur sang pour garder la jeunesse éternelle.
Vaste fumisterie ou sinistre réalité ? Le peu d’ouvrages historiques sur cette cette affaire n’arrange guère la recherche de la vérité. Toutefois, Guillaume Denis, fasciné par cette mystérieuse comtesse, a souhaité en savoir plus.
Et fait tomber d’emblée un contrevérité : non, celle qu’on a longtemps décrite comme une sorcière assoiffée de sang ne s’est jamais baignée dans l’hémoglobine et tué 650 femmes.
Par contre,  la noble Hongroise était peut-être la première tueuse en série de l’histoire. Le livre de Pascal Denis présente et synthétise deux thèses concernant la Bathory.
La première la décrit comme une femme sadique et perverse se repaissant de la souffrance et de la mort des autres. On lui reprocherait la torture et le meurtre par pu plaisir d’une centaine de jeunes filles. La seconde thèse la décrit comme la victime d’un complot politique, son arrestation profitant au pouvoir en place.
Les deux thèses tiennent la route, si on croît le contexte familial dans lequel a grandi la comtesse et surtout l’environnement social, culturel et politique de l’époque.
L’ouvrage, synthétique mais précis, ne souffre que de quelques effets de styles malvenus mais bien rares. Guillaume Denis peut s’enorgueillir d’avoir , dans un style limpide, démystifié la vie de la Bathory et s’il ne livre aucune réponse quant à son innocence ou sa culpabilité, il donne toutes les clés ^pour se forger sa propre opinion. Et comprendre comment naissent les légendes.

Aucun commentaire: