Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

jeudi 15 mai 2014

LES CHRONIQUES D'EL BIB : L'ABOMINATION D'INNSWICH, Edward Lee

-->



En tant qu’inconditionnel du Maitre de Providence, j’ai évidemment dévoré des tonnes de pastiches pour essayer de prolonger sans fin l’émerveillement de mes premières lectures. Et je me suis vite épuisé, car pour une perle rarissime, que de médiocrités dans toute cette littérature. Aussi l’ouvrage de Edward Lee, L’abomination d’Innswich (Mythologica, 2014), est-il à mettre au-dessus du panier. Car il s’agit plus d’une enquête lovecraftienne qu’un pastiche, la suggestion ampoulée faisant place au gore le plus cru et le puritanisme pudibond à l’érotisme le plus torturé. Nous sommes sur les Terres du Maitre, juste après la mort de ce dernier, et Foster Morley, un jeune fan oisif et fortuné, entreprend de visiter les principaux sites arpentés par l’écrivain pour en éprouver l’ambiance. Après New York, il se rend en direction de Salem et fait une halte dans une petite bourgade du nom de Olmstead (personnage de Lovecraft dans Le Cauchemar d’Innsmouth). Une cité côtière sans grand intérêt car récemment reconstruite, mais un endroit pour le moins curieux : toutes les femmes sont jeunes et jolies, et enceintes jusqu’au cou. Notre voyageur sympathise avec l’une d’entre elles, Mary, serveuse, et, avec son aide, se met en recherche des traces qu’aurait pu laisser Lovecraft lors de ses visites ainsi que des éléments qui auraient pu l’inspirer dans son élaboration du mystère d’Innsmouth. Et ce qu’il va découvrir dépasse l’entendement : les Profonds sont bien là et ont noué une alliance avec les hommes qui les approvisionnent en bébés, en contrepartie de quoi ils sont assurés de toujours remplir abondamment leurs filets de pêche. Je m’arrête là, car la chute, tout comme du reste l’identité des géniteurs, sont aussi inattendus que grandioses…
Un bon récit, enveloppé sous une couverture on ne peut plus kitsch ; une lecture hélas souvent perturbée par les nombreuses coquilles qui polluent le texte : la maison de Lovecraft de Benedict Street au lieu de Benefit, Howard Philip au lieu de Howard Phillips etc…


Aucun commentaire: