Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 8 septembre 2014

ILS FONT CAUSER DANS LA PRESSE

On n'a jamais « vu » autant d'ovnis 

Le Parisien

Claude Massonnet | 7 sept. 2014, 07h00
LP/Infographie.
Ce n'est pas parce qu'il s'est tenu à Rennes-le-Château (Aude), réputé pour être le village le plus ésotérique de , à quelques kilomètres du légendaire Pech de Bugarach où certains ont guetté la fin du monde en 2012, que le deuxième congrès des ufologues n'est pas une affaire sérieuse.

Une soixantaine de passionnés s'y sont rassemblés hier pour assister à des communications basées exclusivement sur des observations scientifiques. « Les fantaisistes ont pollué et gravement gâché l'ufologie », assène Philippe Marlin, éditeur, et organisateur de ce congrès qui rassemble des spécialistes des phénomènes inexpliqués, des vrais : ceux qu'il convient de distinguer des canulars numériques foisonnant sur le Net. « On peut très facilement fabriquer des images. Il faut analyser la vidéo et vérifier qu'il ne s'agit pas de la Station spatiale internationale », explique Gilles Thomas, qui dirige une webtélé sur les ovnis. Car on n'en a jamais vu autant, ou tout du moins jamais cru en voir autant. « La multiplication des drones par exemple est un nouveau facteur de méprises pour des observations qui tournent souvent autour de phénomènes lumineux », poursuit Didier Gomez du magazine « UFOmania ».

« Quand on retire des archives de l'ufologie ces observations incertaines, il reste encore 22 % des témoignages validés, souvent recoupés, pour lesquels on ne peut pas fournir d'explications rationnelles. Ces dossiers nous intéressent », estime Thibaut Canuti, ufologue varois, en se gardant de donner une explication sur l'origine de ces phénomènes.

Il a concentré ses recherches sur la multiplication des observations d'ovnis à proximité immédiate de sites nucléaires stratégiques. Il cite des cas aux Etats-Unis, mais aussi en Provence sur le plateau d'Albion, alors site stratégique, ou à Tchernobyl après la catastrophe. « Il s'agit d'un phénomène furtif et discret. Nous possédons des éléments sérieux étayés par des témoignages de militaires », poursuit Thibaut Canuti.

Aucun commentaire: