Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

jeudi 10 janvier 2013

LES FRITES D'EL JICE : LES NUITS DE L'OMBRE JAUNE




Bob Morane - Les Nuits de l’Ombre Jaune – Ananké – 2006
Voici un nouvel épisode de la guerre éternelle entre le grand Bob et le mongol demi-démon immortel. Bob, enrôlé une fois de plus de force par la Patrouille du Temps qui, comme on le sait, ne peut intervenir directement mais le fait allègrement quand les choses tournent mal pour ses agents spéciaux comme Bob, se retrouve plongé dans la Rome antique, 60 ans avant JC, puis à Londres à l’époque victorienne et ensuite à Bruxelles, à notre époque, pour surveiller les agissements de Ming qui veut mettre le chaos dans l’Histoire. Donc, à la base, on pouvait s’attendre une fois encore à quelque chose d’excellent. Et après la mauvaise expérience des Géant de MU, je m’étais pris à espérer !
Mais, une fois encore, il nous faut vite déchanter : la bonne idée n’aboutit à rien du tout.
Un premier hic démarre déjà au tout premier chapitre.  Un dessin représentant le “carré de l’hypoténuse” est gravé soi-disant par boutade dans un os de dinosaure par Monsieur Ming himself. Comme on n’en parlera plus avant le dernier chapitre, on ne voit pas ce que ça apporte au scénario. Et de fait on n’en donnera aucune explication satisfaisante si ce n’est le fait que L’OJ aime “jouer”. Du n’importe quoi comme, hélas, on en trouve trop souvent dans les récentes aventures de super Bob.
Patrouille du temps oblige : on voyage dans le temps allègrement mais sans fil conducteur solide.  On dirait que Vernes lance une idée sans savoir comment il va conclure et donc on change d’époque pour assurer une continuité qui n’en est pas une. Petit clin d’oeil à la BD de Christin et Mézières Valérian et Laureline : la Patrouille du Temps de Henri Vernes a aussi ses agents dans le différentes époques de l’Histoire. Bob et Bill changent donc d’époque donc sans jamais résoudre le problème, ce pourquoi ils ont pourtant été envoyés. Pire, l’écrivain sombre dans le burlesque lorsqu’il fait téléphoner Ming à Bob (sur son portable) alors que celui-ci est à l’époque de Catilina et ce juste pour lui demander de lui foutre la paix. Je ne savais pas qu’il y avait déjà des satellites à l’époque. A propos, je me demande combien coûte une communication téléphonique extra-temporelle ! Et cela ne s’arrête pas là : les gladiateurs de cette époque poursuivent, dans la foulée, Bill et Bob dans le Londres victorien. Comme nos héros sont harcelés par ces redoutables combattants, Bob fait usage de son pistolet ionique sur l’un d’eux. Ca ne les surprend pas le moins du monde, pas plus que le fait d’avoir fait un bon dans un futur lointain.  Ils ont l’air de trouver ça tout naturel de se faire descendre avec une arme dont il n’aurait jamais soupçonné la moindre possibilité d’existence. Ajoutons encore que c’est une Tania Orloff fillette qui aide Bob à échapper aux sicaires de l’OJ. Ming l’anéantira parce qu’elle n’a pas été correcte avec lui (tiens donc !). Comme elle n’est qu’une sorte de robot, on ne peut pas considérer l’OJ comme un criminel (re-tiens donc !). On continue à côtoyer l’absurde et le grotesque page après page. Marque de fabrique des aventures de Bob Morane post 2000, celui-ci n’arrête pas de se répéter (“sans doute Bill, sans doute”) et l’éternel tic de la main dans les cheveux en brosse et le sempiternel : “je t’ai déjà dit mille fois de ne plus m’appeler commandant” et j’en passe. A cela on ajoute une vague cousine de Bill, aussi balaize que lui, et qui veut l’épouser ! Elle est prise en otage par Ming. Bouglione n’est vraiment pas loin.
Comme si ça ne suffisait pas, Ylang Ylang est aussi de la partie. C’est elle qui le plus simplement du monde va loger une balle dans la tête de l’OJ. Plus simple, tu meurs ! C’est le cas de le dire. Il ne manque plus qu’elle dise : “et voilà le travail mon petit Bob” !
J’ose espérer que Vernes n’est pas à la base de cet exécrable étron moranesque. Mais une fois encore, s’il n’en est pas le créateur, il ferait mieux de virer les nègres qui commettent ces absurdités qui ne peuvent que faire fuir les nouveaux fans potentiels.
Bon, je persévère et je vais en lire un autre ! En attendant j’ai reçu l’intégrale de La Patrouille du Temps, celle de Poul Anderson (quatre volumes) Pas de doute : ce sera de loin supérieur ! Je vous tiens au courant.

Aucun commentaire: