Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 13 mars 2012

DES DOCUMENTS SECRETS SUR LE BUGARACH ?

Faits-divers

17.000 euros et des documents sur Bugarach à côté du corps d'un Périgourdin

Le 12/03/2012 à 06h00 | Mis à jour à 21h17
Ces ossements, qui remonteraient \
Ces ossements, qui remonteraient "à très longtemps", selon le parquet de Carcassonne, se trouvaient dans la nature, non loin du village.  © Google map
Les restes d'un corps humain découverts, samedi après- midi par un promeneur, à Laroque-de-Fa, près de Mouthoumet seraient ceux d’un habitant de la Dordogne âgé de 57 ans disparu depuis un an.

Un examen ADN va permettre d'identifier formellement la victime. Pour l'heure, les causes de la mort ne sont pas encore connues. La gendarmerie dispose toutefois de plusieurs éléments pour élucider cette macabre découverte dans les dans les Hautes-Corbières.
Plus troublant, à côté du corps, les enquêteurs ont retrouvé un sac à dos contenant 17.000 euros, a indiqué lundi le parquet de Carcassonne. Des documents "difficilement compréhensibles" ont également été découvert, en lien avec le pic de Bugarach.
Ce site a été désigné par certaines sectes apocalyptiques comme étant un refuge le jour de la fin du monde, prévue par elles le 21 décembre 2012.



Laroque-de-Fa : 17 000 € dans le sac du disparu

Le 13/03/2012 à 06h00 par Rémi Lebrère
La lumière se fait peu à peu, sur le mystère de la découverte d'ossements humains, samedi dernier, dans une friche à Laroque-de-Fa, par un éleveur du cru qui poursuivait une génisse égarée.
Selon le procureur de la République de Carcassonne, M. Leroy, les restes osseux, "très anciens complètement desséchés", seraient ceux d'un habitant de la Dordogne, âgé de 57 ans. Il avait été porté disparu par son père, avec lequel il vivait, voici onze mois.
Des documents sur Bugarach
Cette thèse est accréditée par la découverte simultanée, dans la friche déjà citée, d'un sac à dos ayant probablement appartenu au défunt.
Sac à dos à l'intérieur duquel a été retrouvé un passeport, près de 17 000 euros en liquide, ainsi que des documents sur le site de Bugarach.
Ce dernier élément pourrait expliquer ce que faisait cet homme dans l'Aude, à plusieurs centaines de kilomètres de son domicile. Il était au surplus connu pour vagabonder.
Le magistrat du parquet indique, par ailleurs, que les éléments du squelette (crâne, cheveux, côtes, fémur, vertèbres, maxillaires) étaient dispersés sur une centaine de mètres carrés environ, probablement après que des bêtes sauvages, sangliers ou chiens errants, notamment, se sont attaqués au cadavre.
Selon la même source, les restes humains vont être confiés à l'institut médico-légal de Montpellier.
La piste crapuleuse peu probable
Leur examen permettra, d'abord, de confirmer ou d'infirmer le sexe et l'identité de la dépouille, et peut-être de connaître les causes exactes du décès.
Toutefois, la piste crapuleuse, à savoir celle d'un homicide volontaire, pourrait être rapidement écartée, puisque l'homme n'a pas été délesté de l'argent qu'il transportait dans son sac à dos.
Le père entendu aujourd'hui
Reste la thèse du malaise ou du décès par hypothermie. En effet, bon nombre des ossements se trouvaient sur une couverture, dans laquelle la victime aurait pu s'enrouler pour passer la nuit ou se reposer.
L'audition du père du quinquagénaire disparu, qui devrait être menée aujourd'hui par les gendarmes de Lagrasse, permettra peut-être de faire progresser davantage l'enquête.


Des ossements, 17.000 euros et un parfum de fin du monde

Créé le 13/03/2012 à 15h32
Le petit village audois de Bugarach : c’est là qu’il faudra être pour être sauvé lors de l'apocalypse programmée pour décembre 2012Le petit village audois de Bugarach : c’est là qu’il faudra être pour être sauvé lors de l'apocalypse programmée pour décembre 2012 / AFP
Voulait-il échapper à la fin du monde ? Des ossements, qui pourraient être ceux d'un Périgourdin de 57 ans disparu depuis un an, ont été retrouvés dans la campagne de l'Aude à côté d'un sac à dos contenant 17.000 euros; le tout sur la route de Bugarach, ce village de l'Aude censé échapper à la fin du monde, prévue pour 2012 selon le calendrier maya. C'est un agriculteur de Laroque-de-Fa qui a fait cette étrange découverte dimanche dernier.

 
Société Hier à 0h00
LIBERATION 

L’homme au sac à dos n’a pas atteint l’arche de Noé au Pic de Bugarach


Par GILBERT LAVAL TOULOUSE, de notre correspondant.
Aen lire le carnet retrouvé dans son sac à dos, il était en route pour échapper à la fin du monde. Ses os desséchés et dispersés sur une centaine de mètres carrés de garrigue ne permettent pas encore d’établir ce qui l’aura empêché d’atteindre le Pic de Bugarach (Aude). Depuis bientôt deux ans, les internautes de l’Apocalypse assurent au monde entier que ce gros roc du maquis des Corbières sera l’arche de Noé minérale des petits malins qui y passeront les fêtes de fin d’année. Ou du moins le 21 décembre 2012, date prévue du déluge météoritique. Sous la montagne, se cacherait en effet un garage à ovnis, à bord desquels il sera possible d’échapper à l’enfer.
Selon les gendarmes de Lagrasse, ces os pourraient bien être ceux d’un de ces internautes. Un quinquagénaire qui, parti de Dordogne où rien ne garantit la vie sauve en décembre prochain, a été signalé disparu il y a onze mois par son père. La magie des lieux a ses limites : c’est en battant la broussaille à la recherche d’une génisse égarée, à quelques heures de marche de ce pic, qu’un éleveur de Laroque-de-Fa (153 habitants) est tombé sur ces ossements. «Il y en avait un peu partout dans les taillis, raconte un enquêteur de la gendarmerie. Dont quelques-uns rassemblés sous une couverture.» Selon le procureur de Carcassonne, Antoine Leroy, les os paraissent avoir été un long moment à l’air libre. Des «sangliers ou chiens errants», après s’en être pris au cadavre, pourraient être à l’origine de leur dispersion.
«Les compteurs du sentier indiquent que près de 30 000 personnes sont déjà venues voir à quoi ressemble le Pic de Bugarach. Si maintenant ils viennent y mourir…», marmonne cet agent de la Poste locale. Lequel se fait du souci pour le maire de la petite commune : «Il va finir par devenir fou avec toutes ces conneries.»
La commune a édité en 2011 une carte postale signée «David Vincent», du nom du héros de la série les Envahisseurs. Des soucoupes volantes y survolent le Pic de Bugarach. Mais la dérision ne suffit plus. «A force, les dingos, ça fatigue», souffle un élu qui exige prudemment l’anonymat.
Les analyses entreprises diront peut-être un jour de quoi le quinquagénaire du Périgord est mort. En attendant, les enquêteurs ont retrouvé, intact sur les lieux, un sac lui appartenant, avec 17 000 euros. On n’est jamais trop prudent quand on part en voyage.

Aucun commentaire: