Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 12 février 2013

LES SOUVERAINS BELGES INVITES PAR LE CONSULAT DE WALLONIE A RENNES-LE-CHATEAU

Carcassonne Le roi et la reine des Belges en visite discrète à Rennes-le-Château

 

L'INDEPENDANT

Le 10 février à 6h00 par Fabien Arnaud | Mis à jour le 10 février
Les souverains belges ont été accueillis en toute simplicité par l'abbé Cazaux, Eric Poupeville et une religieuse.
Les souverains belges ont été accueillis en toute simplicité par l'abbé Cazaux, Eric Poupeville et une religieuse. PHOTO/© D.R
Les souverains belges, Albert II et la reine Paola, étaient en visite privée, vendredi à Carcassonne. Ils ont découvert la chapelle et le musée de Notre-Dame de l'Abbaye, et parcouru la Cité. Ils ont poursuivi leur visite de la région par une après-midi à Collioure.

Une Mercedes immatriculée en Belgique, une autre appartenant au corps diplomatique : sur le parking de Notre-Dame de l'Abbaye, au pied de la Cité, c'étaient les seuls indices, vendredi matin, de la présence du roi des Belges Albert II et de son épouse, la reine Paola. Dans la plus grande discrétion, les souverains ont passé quelques heures à Carcassonne, à la faveur d'un séjour de trois jours dans la région, dont une partie passée également à Collioure. "Le roi et la reine sont en vacances. Il ne s'agit pas d'un voyage officiel", indiquait un proche du couple royal, venu des Baux-de-Provence pour les accompagner pendant cette visite. "Ma famille est liée depuis 35 ans à la famille royale belge. Mes grands-parents connaissaient bien les parents d'Albert II, à l'époque où lui était encore prince de Liège. C'est ma cousine, qui vit dans la région de Carcassonne, qui leur a proposé de venir", précisait la même personne.
Férus d'histoire et de patrimoine religieux
Rien, en revanche, sur le lieu de résidence d'Albert II et Paola pendant leur escapade audoise. Tout juste apprenait-on que le roi et la reine avaient fait le déplacement avec une escorte très réduite, dont quatre gardes du corps, et qu'ils avaient fait étape à l'abbaye de Fontfroide, près de Narbonne. La rumeur court cependant qu'ils aient été accueillis par Paul et Nessie Rouelle, au  Consulat de Wallonie à Rennes-le-Château. Vendredi matin, leur programme carcassonnais s'est donc ouvert à Notre-Dame de l'Abbaye, l'établissement religieux, propriété de l'évêché. Pour les accueillir, ni l'évêque, ni le vicaire général. Seuls les attendaient une religieuse, un employé des lieux et l'abbé Cazaux, conservateur du patrimoine diocésain. Ce dernier leur a commenté la visite du musée-trésor, riche d'une collection de 150 objets liturgiques. Le prêtre leur a aussi ouvert la chapelle, premier lieu chrétien apparu à Carcassonne. "Le roi et la reine sont très intéressés par l'histoire, notamment celle des cathares, ainsi que par le patrimoine religieux", indiquait Eric Pouppeville, le salarié de Notre-Dame de l'Abbaye, présent lors de la visite. "Ils ont des connaissances dans ce domaine et ont posé beaucoup de questions".
Aucun commentaire de la part des souverains
Passionné de photographie, Albert II en a profité pour réaliser des clichés de la clé de voûte de l'église, ainsi que de la Cité, depuis les fenêtres du premier étage. Il a aussi été question de la filiation du souverain belge avec Saint-Louis. Le parcours se terminait par la signature du livre d'or et un apéritif. Albert II et Paola devaient ensuite se rendre dans la Cité de Carcassonne, pour continuer cette journée très informelle. "Il n'y a pas eu de protocole particulier. Nous les avons appelés 'monsieur' et 'madame'. Le roi et la reine sont simples et naturels", confiait-on à Notre-Dame de l'Abbaye. Pour autant, aucun royal commentaire sur Carcassonne et sa région n'aura filtré devant la presse. Vendredi, c'était la première fois que le roi Albert II de Belgique et son épouse effectuaient une visite à Carcassonne. Aujourd'hui âgé de 78 ans, le souverain a succédé en 1993 à son frère, le roi Baudoin. Depuis 2010, des rumeurs courent sur sa possible abdication en faveur de son fils aîné. Selon le journal Le Soir, celle-ci pourrait intervenir en juillet prochain.

Aucun commentaire: