Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 24 juin 2013

UNE NOUVELLE EDITION DU MYSTERE DES CATHEDRALES


   
Le Mystère des cathédrales : nouvelle édition

24 juin 2013

Pour l’année de la commémoration, une réédition dans la version originale du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli.

Les bibliophiles amoureux de l’art hermétique, et en particulier de l’œuvre de Fulcanelli illustrée par Julien Champagne, ont toutes les raisons de se réjouir : Alcor réédite le Mystère des Cathédrales. Ceux qui ont eu la chance de feuilleter l’édition originale, désormais presque introuvable, savent la qualité des 36 planches de l’illustrateur et alchimiste opératif.

La seconde édition, chez Omnium en 1957, ne parviendra pas à reproduire parfaitement l’impression d’art sur Vélin parue chez Jean Schemit en 1926. Il faut attendre 2013 pour voir enfin les planches dans toutes leurs nuances, grâce au soin apporté par Gilbert Bonnet, maître imprimeur à Marseille, à cette nouvelle et très remarquable parution. Tirage numéroté, limité à 300 exemplaires : cette édition fera date, n’en doutons pas.

Que les éditeurs soient remerciés pour cette seconde vie donnée au Mystère des Cathédrales tel que l’adepte a pu le connaître. Nous avons ici un frère jumeau de l’édition 1926, événement depuis longtemps attendu.

Enfin, nous citerons la remarquable introduction d’un « amateur de science de l’antique Massilia », qu’Eugène Canseliet comptait parmi ses rares « bons amis passionnés du Grand Œuvre physique ».

En quelques pages, l’auteur anonyme nous gratifie de certaines révélations, dont la moindre n’est pas le nom, en clair, de la Matière Première ; une liberté que le maître de Savignies se permit une seule fois dans son texte « l’Hermétisme dans la vie de Swift et dans ses voyages » (Eugène Canseliet, in Les Cahiers du Sud n°344, Marseille, 1957).

Vu le soin extrême porté à cette nouvelle édition du Mystère, nous avons là, d’ores et déjà, ce qu’il convient de nommer un classique, indispensable maillon d’une bibliothèque hermétique digne de ce nom.

Tirage limité, ne reste plus que quelques exemplaires !

Livré avec un cahier spécial sur la réception de l’Oeuvre par ses principaux acteurs : Eugène Canseliet, Julien Champagne, Jacques Bergier etc .. et de larges commentaires sur la véritable identité de l’Adepte à partir d’une analyse des entretiens entre Robert Amadou et Eugène Canseliet dans le Feu du Soleil :

à commander ici en suivant ce lien
LIEN




Fulcanelli : une biographie autorisée. Vous croyez tout savoir ? et bien c’est raté !.. à voir ici (par l’organisateur du Colloque Eugène Canseliet de 1999)

"Après avoir résolu les différents points concernant la biographie du Maître, il restait une dernière étape. Sans doute est ce là "le Don de Dieu" ou bien sa main tutélaire qui nous guidait mais quelle ne fut pas notre surprise en classant ses notes de découvrir la formule même qui devait résumer l’ensemble des travaux résumés sous le titre de Finis Gloriae Mundi. En fait et contrairement à ce que d’aucun pensent, la quasi totalité des chapitres a été préservée et disséminée dans le corpus général (comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire). Sauf un chapitre sur lequel nous aurons d’ailleurs à nous expliquer (facilement) concernant le retable d’Issenheim attribué à Grünewald, en réalité Maître Mathis. Pour le reste aujourd’hui je peux affirmer sans l’ombre d’un doute que les questions générales autour du Finis Gloriae Mundi ont toutes trouvées leur réponse, pour autant que l’on ne sorte pas d’un cadre rationnel évidemment. " la suite, vous la retrouverez ici

Publipole - Votre Editeur et Diffuseur OnLine - Une activité de Post-Scriptum SC ©
Recommander cette lettre à un ami   

Ce message vous est envoyé par un gestionnaire automatique, veuillez ne pas y répondre, votre courrier serait perdu.
Si vous ne souhaitez plus recevoir nos lettres d'information, veuillez vous désabonner ici.
Pour nous contacter, veuillez utilisez le formulaire de notre site, merci.


Aucun commentaire: