Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 23 février 2016

LES CHRONIQUES D'EL'BIB : LE MONSTRE INVISIBLE, Sonia Greene

-->




Le Monstre Invisible (également connue sous le titre Horreur à Martin Beach ; une révision pour Sonia Greene, in Weird Tales 1923). Une nouvelle bien ficelée dans laquelle on sent la patte de HPL avec son dosage inimitable de la « montée de l’horreur ».  Nous sommes à Martin Beach, petite cité balnéaire et port de pêche. Le bateau du Capitaine James P. Orne va remonter, dans les filets de son bateau, l’Alma, une étrange créature :
L'objet avait quelque cinquante pieds de long, il était d'une forme approximativement cylindrique, et son diamètre était d'environ dix pieds. Il n'y avait pas moyen de se tromper : ses caractères essentiels le désignaient comme un poisson à branchies ; mais avec certaines variantes curieuses, telles que la présence de pattes de devant rudimentaires et de pieds à six doigts à la place des nageoires pectorales, qui provoquaient les spéculations les plus étendues. Son extraordinaire gueule, sa peau épaisse couverte d'écailles, son œil unique, profondément enfoncé, étaient des merveilles à peine moins remarquables que ses dimensions colossales…
Lovecraft n’identifie pas la créature, qualifiée de juvénile, mais on retrouve bien ici sa fascination pour les monstres marins et les entités « cylindriques ». Le Capitaine, bon commerçant, fera visiter sa prise aux curieux et aux érudits, moyennant finances. Mais son navire fera naufrage avec sa proie sans laisser aucune trace. Puis, lors d’une nuit de tempête en août 1922, les résidents de l’auberge de la plage, le  Wavecrest Inn, entendront des cris affreux venant de la mer. Croyant à une noyade, une corde sera lancée par une équipe de sauveteurs et de bénévoles. Mais la prise est trop puissante, et malgré l’assistance de nouveaux bénévoles, il s’avère impossible de la tracter. Pire, les participants à l’opération ne peuvent plus ôter les mains du filin et sont rapidement entraînés vers le large. Après un dernier orage d’une violence inouïe, la mer retrouvera son calme et sa sérénité.


Aucun commentaire: