Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 24 août 2012

BUGARACH : VOUS AVEZ DIT SECTES ?

Fenech : «Les grandes sectes infiltrent les lieux de pouvoir»

Mots clés : , ,
Par Angélique Négroni Mis à jour | publié Réactions (65)
Georges Fenech, auteur d'<i>Apocalypse, menace imminente?</i>.
Georges Fenech, auteur d'Apocalypse, menace imminente?. Crédits photo : Jean-Christophe MARMARA/JC MARMARA/LE FIGARO

INTERVIEW - Le député UMP Georges Fenech revient sur ses quatre années à la tête de la Mission de lutte contre les dérives sectaires.

Ancien magistrat et député UMP de la 11e circonscription du Rhône, Georges Fenech a quitté cet été la tête de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Dans son dernier ouvrage, Apocalypse, menace imminente? (Calmann-Lévy), il revient sur ces années de combat contre les sectes et évoque la prophétie qui annonce la fin du monde en 2012.
LE FIGARO. - Faut-il s'inquiéter des illuminés annonçant une énième fin du monde, fixée au 21 décembre 2012?
Georges FENECH. - Il ne faut pas verser dans la paranoïa, mais il faut prendre au sérieux les menaces apocalyptiques. Elles peuvent mener à des drames comme la tuerie suicide de l'Ordre du temple solaire, survenue en France en 1995, où seize adeptes avaient trouvé la mort. Avec Internet, cette prophétie a pris d'autre part une ampleur planétaire sans précédent.
Bugarach, dans l'Aude, qui serait préservée, selon les prédictions, est-elle surveillée?
Des groupements à caractère sectaire y ont fait l'acquisition de domaines. Des bunkers, des galeries souterraines avec stockage de nourriture ont été créés dans les environs. Pour ces raisons, la commune est surveillée par les services de la sous-direction de l'information générale (ex-RG) et, concernant ces constructions illicites, des enquêtes préliminaires sont en cours.
Les sectes de l'Apocalypse sont-elles plus nombreuses aujourd'hui?
En réalité, toutes les sectes contiennent dans leur doctrine un message de l'Apocalypse. C'est le moyen d'exercer une emprise mentale sur leurs adeptes, de leur promettre le salut en leur soutirant de l'argent. C'est le phénomène sectaire qui est aujourd'hui en pleine expansion car il surfe sur les grandes crises de notre société: climatique, politique, économique, morale…
L'appareil de l'État est-il infiltré?
Les grandes sectes cherchent à acquérir du pouvoir et infiltrent donc les lieux de pouvoir: le milieu politique, économique et mais aussi celui de la santé. Tous les acteurs antisectes ont été un jour ou l'autre menacés. Pour ma part, je reviens dans le livre sur l'annulation de mon élection comme député par le Conseil constitutionnel en 2008. J'apprendrai par la suite que le rapporteur de mon dossier était le conjoint d'un grand avocat d'organisations sectaires. Je m'interroge sur l'existence d'un conflit d'intérêts.
Vous évoquez l'affaire Dupont de Ligonnès. Selon vous, un étrange groupe prédisant l'Apocalypse aurait joué un rôle dans ce drame?
Le père de cette famille, soupçonné d'avoir tué son épouse et ses quatre enfants en 2011, a baigné toute son enfance dans un groupe de prière catholique, baptisé «Philadelphie» et fondé par sa propre mère. À trois reprises, cette dernière, qui avait prédit la fin du monde, avait entraîné tous ses membres dans un refuge en Bretagne. Les derniers messages écrits du principal suspect révèlent qu'il était habité par ces questions d'ordre mystique. Cette ambiance mystique a sans doute pesé sur les agissements de cet homme. Mais rappelons que sa culpabilité n'est pas établie.
Dans ce livre témoignage, pourquoi vous appesantir sur les États-Unis?
Parce que l'existence de la Miviludes n'est pas du goût des Américains. La France, pays laïque, et les États-Unis, qui placent sur un pied d'égalité religion et sectes, se sont heurtés au sujet de l'action de la Miviludes. Fin 1990, on avait même frôlé la crise diplomatique. Madeleine Albright, alors secrétaire d'État américaine, s'était plainte auprès de son homologue Hubert Védrine des atteintes aux libertés religieuses commises, selon elle, en France. En Europe, les pays nordiques s'alignent sur les pratiques américaines et s'opposent à l'axe formé par la France, l'Autriche, l'Allemagne, la Suisse, la Belgique. Ces pays adoptent une position vigilante à l'égard des sectes. Il n'y a donc pas à ce jour en Europe une volonté commune de lutter contre le phénomène sectaire.
Allez-vous continuer à vous occuper de sectes?
Le ministre de l'Intérieur, qui est attaché à la lutte contre les dérives sectaires, a voulu me rencontrer. Nous nous verrons le 4 septembre. Je lui ferai part de mes préoccupations. J'évoquerai aussi l'insuffisance de moyens d'un service de police spécialisé, créé il y a quelques années. Placée sous l'autorité d'un office central, la Caimades (cellule d'assistance et d'intervention en matière de dérives sectaires) a pourtant fait ses preuves. En tant que député, je continuerai à agir dans ce domaine.

Aucun commentaire: