Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 22 octobre 2013

PREDIRE OU L'ASTROLOGIE AUJOURD'HUI

 A Esqueerre Prédire

Prédire. L’astrologie en France au XXIe siècle

aux éditions Fayard.

 L’ouvrage est disponible à partir du mercredi 23 octobre.

 http://www.amazon.fr/Pr%C3%A9dire-Lastrologie-XXIe-si%C3%A8cle-France/dp/2213678561/ref=la_B005JRO3UM_1_4?s=books&ie=UTF8&qid=1381905838&sr=1-4


« Pourquoi de nombreuses personnes ont-elles recours à l’astrologie au début du xxie siècle en France ? C’est cette énigme que cet ouvrage se propose de résoudre. (…)

En réalité, nous savons peu de choses des pratiques astrologiques contemporaines en France et, au-delà, en Europe et Amérique du Nord,  dans ces aires qui cherchent à se donner l’air d’être « modernes ». Les consultations astrologiques n’y ont jamais été analysées de manière précise ni par la sociologie ni par l’anthropologie. Les chercheurs laissent ce soin aux historiens qui tentent, à partir de gravures et autres archives, d’imaginer comment des séances se déroulaient, comme si elles n’appartenaient plus qu’à une ère révolue. L’écart entre la grande diffusion des pratiques astrologiques et leur méconnaissance par les sciences sociales est saisissant, comme si, dans la représentation - qui est aussi une présentation - que les élites européennes et nord-américaines se font d’elles-mêmes, celles-ci veillaient avec soin à escamoter ce qui entacherait leur « modernité ». S’il nous semble légitime d’étudier les pratiques de l’astrologie en Inde, c’est comme si, vue de France, la « modernité » restait un horizon inaccessible aux malheureux Indiens, et nous nous gardons bien de voir que, sous nos yeux, de nombreux Français ont aussi recours à l’astrologie.

          Pourtant, une fois la boîte ouverte, les interrogations ne manquent pas. L’astrologie n’est-elle pas une pratique en constante régression depuis un siècle et sans doute bientôt disparue à son tour ? Les astrologues ne sont-ils pas obligés de vendre leurs services discrètement, voire secrètement, car leur métier est condamné juridiquement ? Ne sont-ils pas des « charlatans » qui s’auto-désignent comme « astrologues » du jour au lendemain ? Peuvent-ils être comparés à des thérapeutes ou à des poètes ? Est-ce que les horoscopes ne sont pas rédigés de la même manière depuis la Renaissance, voire depuis l’Antiquité ? Et que se passe-t-il pendant une consultation astrologique ? Ne s’apparente-t-elle pas à de la sorcellerie ou de la voyance ? »



Arnaud Esquerre

Aucun commentaire: