Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

dimanche 24 novembre 2013

EMMA FOR EVER


Cette cantatrice aveyronnaise a conquis le monde entier

| 6
Emma Calvé dans le rôle de Carmen, en 1894. / Photo D
Emma Calvé dans le rôle de Carmen, en 1894. / Photo D
 
LA DEPECHE
Le premier à déceler son joli brin de voix, c’est l’évêque de Rodez, Mgr Bourret. Emma Calvet chante alors pour la fête de l’école, à Saint-Affrique. En l’entendant, l’évêque aurait dit : «C’est la voix du bon Dieu que cet enfant a dans la gorge. Il faut qu’elle fasse carrière.»
Aveyronnaise pure souche, Emma Calvé est née à Decazeville, en 1858, où son père entrepreneur du BTP boisait les mines, elle passa son enfance entre Roquefort et Tournemire.Elle sera enterrée le 6 janvier 1942, dans le cimetière de Millau, au terme d’une vie très riche qui l’a conduit sur les scènes lyriques du monde entier.
C’est à croire que les éloges de Mgr Bourret ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd puisqu’à 20 ans, Emma (accompagnée de sa mère Léonie) décide de rejoindre Paris pour intégrer l’école de chant de Jules Pujet. Ce dernier lui conseille d’enlever le «t» de Calvet, pour «stariser» son nom.

Elle chante tête nue!

Emma Calvé est une diva de talent, de caractère et de cœur. Avec sa voix de soprano, elle fera de «Carmen», son opéra de bravoure puisqu’elle l’interpréta plus de 1400 fois. «Après des débuts pas toujours engagés, elle va réussir à s’imposer aux côtés de ses rivales Elenora Duse et de Nellie Melba. Elle va dépoussiérer les codes de l’opéra en chantant tête nue, ses longs cheveux bruns au vent. Sa mère Léonie lui confectionnera ses costumes de scène», raconte Jean-Louis Cartayrade, secrétaire des Amis d’Emma Calvé (lire ci-contre).
Emma Calvé fait le tour du monde. Elle chante en Italie (Milan, Rome, Florence, Venise, Naples…), en Espagne (Madrid, Grenade…), à Paris, Londres… «En mai 1892, elle rencontre la reine Victoria qui s’attache à elle, poursuit Jean-Louis Cartayrade. Régulièrement, la reine va l’inviter au château de Windsor pour qu’elle donne des concerts privés de Carmen à sa cour».
La diva de la Belle Époque chante aussi à New York. En 1894, les Américains lui affrètent un train spécial pour qu’elle puisse faire le tour des USA.
Emma Calvé est une belle femme dont les courbes et l’allure gitane affolent la gent masculine. D’ailleurs sa vie amoureuse ne sera pas de tout repos.
Bien que toujours par monts et par vaux, la soprano venait régulièrement à Millau où elle avait acheté le château de Cabrières, en 1894, pour en faire son refuge. «Dans le Millavois, les anciens se souviennent d’elle, il y avait même un antiquaire de Millau qui se targuait d’avoir des mèches de ses cheveux», poursuit Jean-Louis Cartayrade.

Occitan et bourrée

Emma Calvé était imprégnée de ses racines rouergates. Amie personnelle de Frédéric Mistral, elle était membre du Felibrige, l’organisation qu’il avait créé pour défendre l’occitan. Elle a participé activement au maintien de l’occitan qu’elle parlait. Elle dansait même la bourrée lors de ses tournées aux Etats-Unis.
Emma Calvé, la généreuse, a distribué sans compter autour d’elle. «C’est peut-être ce qui est à l’origine de sa fin de vie misérable. Elle a fini sans le sou, raide comme un passe-lacet», conclut Jean-Louis Cartayrade.
Ainsi, au château de Cabrières, elle avait fondé un orphelinat pour les enfants en difficulté et une école de chant. En octobre 1913, elle avait donné un concert à Saint-Affrique au profit de la restauration de l’orgue. Et à Millau, elle avait participé à la création de l’église du Sacrée Chœur.
Tous les étés, à Cabrières, Emma Calvé accueille son neveu Elie, qu’elle chérit comme son propre fils. Artiste talentueux, elle le voit comme son successeur. «Je fais de beaux rêves, écrit-elle. J’aime à penser que mon nom ne s’éteindra pas avec moi, et qu’Elie sera acclamé à son tour.»
Mais il meurt en pleine audition, victime d’une embolie, le 2 juillet 1929. Emma Calvé est dévastée. Elle vient de perdre le grand, le seul amour de sa vie. Ce jour-là, la Diva qui brillait en elle s’est éteinte pour toujours.
 | 
 |   |   |   |  RSS Ajouter un comme

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Excellent! Avez vous remarqué la date ? 4 mai? Ca ne vous rappelle rien?
TonyB