Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

samedi 31 mars 2012

RANDO AU BUGARACH

Limoux "Le Pech de Bugarach ero pas capelhat"
Correspondant
31/03/2012, 06 h 00
 
Midi Libre
 
Une petite place au soleil pour la cordée du Kercorb.
Une petite place au soleil pour la cordée du Kercorb. (© D.R)


CHALABRE
Ils voulaient débuter 2012 comme ils avaient terminé 2011. Les randonneurs du Kercorb ont repris de l'altitude, chargeant leur sac à dos pour une balade qui les a emmenés à hauteur des 1 230 mètres du pic de Bugarach. Guidée par un Maître Jean chevronné, invariablement pacha ou sherpa, la cordée a entamé une ascension tranquille vers le sommet de l'imposant massif qui surplombe les vallées de la Salz et de la Blanque. Au carrefour des trois voies proposées, les marcheurs ont choisi l'approche la plus technique, essentiellement dans sa partie finale.
Au terme d'une petite heure et demie d'ascension, et au détour d'un taillis de buis, la colonne était en vue de la fenêtre. Une superbe ouverture naturelle, creusée dans la roche monumentale du pic audois, et qui a permis aux randonneurs de souffler un peu, tout en ayant admiré un impressionnant ballet planant de vautours. Réglé au millimètre, petit pas petit pied, le tempo permettra aux neuf marcheurs d'atteindre le sommet du Pech à midi juste.
Après avoir mis sac à terre, chacun va superbement ignorer la petite faim qui tenaille, pour profiter d'une vue imprenable sur les Petites Pyrénées. Interminable coup de périscope, depuis le Mont Fourcat, le Roc Blanc, le Tarbezou, le massif de Madres, jusqu'au superbe massif du Canigou. Avec tout de même une petite déception, puisque la Méditerranée n'était au rendez-vous, masquée par un voile de brume sournois.
Assurés d'avoir pris leurs marques et face à un vent de force zéro, les randonneurs sacrifieront finalement à la traditionnelle pause casse-croûte, sous le regard énigmatique d'un mandarin en faction sur la partie sommitale du Bugarach. Tels des touristes embarqués dans un bus à impériale, nos excursionnistes, munis de leur serviette, bénéficieront alors d'une visite guidée à la jumelle. Voyage semi virtuel qui les transportera notamment vers les châteaux de Quéribus et Peyrepertuse, et le moulin du boulanger de Cucugnan.
Le soleil commençant à décliner sérieusement, la descente vers le col du Linas était logiquement envisagée. Chacun se promettant de revenir découvrir et redécouvrir les trésors d'une flore exceptionnellement riche. Sur les flancs d'un pic qui, "d'un point de vue géologique, n'a rien à faire là où il est", parole d'expert.

Aucun commentaire: