Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

dimanche 30 septembre 2012

MEMOIRE DE SALZ

Publié le 30/09/2012 03:46
Ajouter un commentaire

Limoux. Crue de la Salz, c'était hier…

anniversaire

Les quatre promus et décorés./Photo DDM ()
Les quatre promus et décorés./Photo DDM


La pluie n'a pas refroidi l'émotion des participants aux cérémonies du vingtième anniversaire de la crue de la Salz et des dramatiques inondations.
Avec le soleil, la commémoration des dramatiques inondations qui se sont produites dans les secteurs de Rennes-les-Bains et Couiza il y a 20 ans, causant la perte de trois personnes et marquant à jamais les populations de la vallée et de ces deux localités en particulier, n'aurait sans doute pas suscité la même émotion. Le ciel avait la même couleur qu'au lendemain du cataclysme hier matin. Le souvenir qu'en l'espace de quelques minutes la vallée riante de la Salz s'était transformée en un paysage de guerre, les communes en villages sinistrés, les habitants en victimes encore plus impuissantes face au diktat des éléments, n'était pas difficile à imaginer. Même les morts n'avaient pas été épargnés, les eaux en furie ayant dévasté le cimetière de Rennes-les-Bains emportant les restes humains dans la rivière. C'est dire si la cicatrice du souvenir reste vive.

Un souvenir douloureux

Vingt ans c'est loin et tout proche à la fois. Les nombreux témoins qui ont suivi les cérémonies, hier, ne risquaient pas d'oublier. On l'a bien vu dans la salle de cinéma de Rennes-les-Bains au moment de la collation servie au terme des divers actes symboliques dans la localité, la minute de silence devant la maison de l'une des victimes près de l'emplacement du pont romain qui fut emporté par la crue, le dépôt de gerbe à l'ossuaire au cimetière. L'assistance se figea dans le silence et les gestes des uns et des autres demeurèrent suspendus à la vue des images du film d'amateur projeté sur l'écran. Un document saisissant de réalisme puisqu'il a été tourné au moment le plus critique, lorsque la vague déferle sur les habitations et avale tout sur son passage. Face à l'inéluctable et ses terribles conséquences, les pertes humaines, le traumatisme engendré auprès des populations, mais également le lourd préjudice matériel, certaines personnes ayant tout perdu maison, mobilier, voiture ; l'ensemble des infrastructures endommagées pour les collectivités à partir des plus basiques, la solidarité s'est exprimée de façon efficace.
Toutes les interventions des responsables, à commencer par celle du président de l'amicale des sinistrés comme celle de Jacques Hortala, conseiller général, maire de Couiza, qui était alors maire de Rennes-les-Bains, ont salué cette réaction humaine inespérée chez certains, qui se manifestent, parfois, dans des situations désespérées proches du néant. À Couiza, où le président du conseil général André Viola et le député, maire de Limoux, J.-P. Dupré avaient rejoint le cortège au premier rang duquel se trouvait notre nouveau sous-préfet Sébastien Lanoye, une plaque apposée dans l'angle de la maison de la communauté des communes, au-dessus du marqueur indiquant la hauteur de la crue, était dévoilée. C'est devant le centre de secours où la population était rassemblée que la cérémonie se poursuivait, en présence de l'ensemble du corps des sapeurs-pompiers de Couiza en grande tenue, d'un détachement du GRIMP et d'une section du régiment étranger de Castelnaudary.

Aucun commentaire: