Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 16 août 2013

LE CORBEAU CASTELRENNAIS


Si vous suivez les messages castelrennais, vous pourrez remarquer dans les commentaires de nombreux posts ANONYMES d'un certain ANONYME, particulièrement glauques pour ne pas dire injurieux. Je les publie, pour ne pas être taxé de censure, dès lors qu'il n'y a pas d'attaques à la vie privée, mais surtout parce que j'adore ce type de littérature : elle est un bel exemple de lâcheté, le produit typique d'un pauvre type mal dans ses santiagues, et qui doit être bien seul dans la vie pour opérer de la sorte. Il y a un excellent centre psychiatrique à Rennes-les-Bains où je peux lui réserver une gentille cellule.

El'Bib

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Seule la vérité blesse bibliothécaire quand comprendrez vous que le seul pauvre type dans cette polémique c'est vous !

Je vous pose une question ici qu'avez vous fait à RLC qui ne soit pas lucratif ?

la réponse est RIEN bien entendu et l'on comprends votre proportion à jouer les victimes puisque vous n'avez rien d'autre à proposer.

Ancelle Jean-Loup a dit…

Avec tout ce que le bibliothécaire a fait "gratis pro Deo" au village, je ne permettrai pas à un individu de votre espèce de continuer à se livrer à des attaques "ad hominem" de cette sorte. On voit bien que vous ne le connaissez pas, qui êtes vous pour vous permettre de porter un jugement à l'emporte pièce ? Facile de se cacher lâchement derrière un pseudo anonyme.

Vous faites honte au village. Alors, rentrez dans votre trou à rats dont vous n'auriez dû jamais sortir...

Anonyme a dit…

Là où il y a des corbeaux, il y a aussi des renards, et surtout un beau fromage. Il n'y manque que Jean de la Fontaine pour mettre en scène tous ces personnages, dans une version modernisée de la fable. Qui s'y colle?

Anonyme a dit…

il y a des gens qui n'ont rien à faire ni à rennes le château, ni dans l'affaire de rennes le château
au lieu de se tenir tranquille ils ont remué la merde
les gens d'ici vous rappellerons qu'ici nous n'avons pas besoin des fouteurs de merde