Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

dimanche 25 août 2013

PLANTARDISONS, IL EN RESTERA QUELQUE CHOSE !


Une exposition très controversée à Rennes-le-Château

Le 25 août à 6h00 par B.C. | Mis à jour il y a 1 heure

L'INDEPENDANT
Le libraire Philippe Marlin et Christian Doumergue sont violemment opposés.
Le libraire Philippe Marlin et Christian Doumergue sont violemment opposés. PHOTO/© D.R
L'exposition qui se tient à Rennes-le-Château continue de provoquer des remous. La présence, sur les panneaux, de Pierre Plantard, fait même réagir la Ligue de Défense Juive.
"Les spécialistes de l'affaire de Rennes-le-Château connaissent tous Pierre Plantard. C'est pourquoi beaucoup ne comprennent pas le livre ("Le secret dévoilé, enquête sur les mystères de Rennes-le-Château") de Christian Doumergue. Il s'est servi de Plantard à la fois pour faire de la provocation et aussi pour faire sa promotion. C'est pourquoi, à titre personnel, je demande deux choses : que M. Doumergue fasse une mise au point plus explicite de sa démarche, et que dans l'exposition qui se tient à Rennes-le-Château, les panneaux consacrés à Pierre Plantard soient retirés de l'exposition".
Yves Lignon, ancien responsable du service de parapsychologie à l'université du Mirail, à Toulouse, où il a également enseigné les mathématiques, et passionné par Rennes-le-Château, ne décolère pas. Les propos de Christian Doumergue, cités dans notre édition du 14 août (lire aussi nos articles parus les 9 et 13 août), l'ont choqué. Il ajoute : "Comment pouvait-on être un pétainiste de façade ? Surtout après les lois antisémites du 10 décembre 1941 !".
Rapports de police
La 10 août 2013, sur son site internet, la Ligue de Défense Juive évoque elle aussi l'exposition. Et elle rappelle le cursus de Pierre Plantard : "Après un bref passage à l'Action française, Pierre Plantard fonde le 27 décembre 1937, à 17 ans, Alpha Galates, mouvement d'extrême droite qui soutiendra totalement le régime répressif de Vichy. Son bulletin mensuel 'Vaincre' n'est publié et distribué gratuitement qu'à six reprises entre septembre 1942 et février 1943. Il y signe des articles sous le nom de Pierre De France ou Pierre De France-Plantard. En décembre 1940, Pierre Plantard se dit dirigeant de Rénovation nationale française. Le 21 avril 1941, il écrit à la préfecture pour l'informer que son mouvement a décidé, avec l'appui des hautes autorités allemandes, de prendre possession du local inoccupé situé au 22 place Malesherbes et loué à un juif anglais. La permission fut refusée par les autorités allemandes le 3 septembre 1941".
Un refus peut-être motivé par un rapport des renseignements généraux établi au mois d'avril précédent et qui décrit Pierre Plantard "comme l'un de ces jeunes gens illuminés et prétentieux, chefs de mouvements plus ou moins fictifs" dont le but est "de se faire prendre en considération par le gouvernement". Le plus drôle -si tant est que le mot soit ici approprié-, un autre rapport de la préfecture de police, rédigé cette fois-ci en 1954, dresse un portrait identique du monsieur, précisant qu'"il est considéré dans son entourage sans grande envergure intellectuelle". Une précision qui contredit la déclaration de Ch. Doumergue : "un homme intellectuellement brillant" et qui a tout de même guidé les travaux de Gérard de Sède, auteur du fameux livre "L'or de Rennes" (1967).

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il faut avoir du temps à perdre pour se préoccuper de sottises dont le "mystère" de Rennes-le-Château est un fort bel exemple. Un mot, un seul, à propos de l'insupportable terrorisme intellectuel dont Doumergue est la victime et Plantard, la victime posthume (c'est dire le courage des commissaires politiques de l'OdS et ceux des sionistes fascisants de la LdJ)... Assez !