Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

jeudi 22 septembre 2011

UN DELIRE CASTELRENNAIS DANS LA TRIBUNE DE GENEVE

HAYKEL GÂCHIS QUE VOILA


Totalement autre chose : L'affiche UDC du mouton noir expulsé par les moutons blancs, elle, ne reflète ni plus ni moins que très précisément la symbolique du concept fondamental qu'est forcé d'intégrer dorénavant tout bon chrétien.

La noire Ethiopienne Marie-Madelaine, mère des enfants de Jésus Christ, (dont la métisse descendance paraît de moins en moins mérovingienne) fut ainsi véritablement expulsée de la Tradition après quelques siècles, alors qu'une soixantaine d'Evangiles furent fébrilement brûlés de tous côtés.

Ainsi « perdit » une fois encore la femme son âme. Il n'y a pratiquement que chez les hérétiques Cathares, bien plus tard, que la femme redevînt pour quelque temps l'égale de l'homme, avant de sombrer à nouveau sous l'asservissement judéo-chrétien.

Mes plus assidues lectrices et mordus lecteurs le savent bien, j'ai passablement de cases d'avances en matière de Catharisme et Quête du Graal, autant qu'il m'en manque sur d'autres points. Je m'en allai, vingt ans sonnant, après des mois passés à capter l'énergie de certains arbres certains matins ou soirs, et après avoir tout donné ou vendu, rechercher la Lumière en Ariège. Promettant de ne revenir que si Celle-ci finirait par m'envahir et vraiment élever. Promesse tenue.

Si de vieux jours m'en laissent le loisir, je condenserai l'ensemble des époustouflants souvenirs de ma Quête, mais mon poème de 44 quatrains en alexandrins, « La Rose et le Lion » du 07.07.1977 illustre ma maîtrise de ce type d'ésotérisme à l'époque déjà. D'autres de mes textes sont encadrés à Foix, Montségur et autres Lieux de la Légende où je rencontrai des personnages peu ordinaires.

J'acquis ainsi, à Tarascon-sur-Ariège, un très ancien livret ... fus l'un des rares humains à m'asseoir sur le siège incrusté des symboles christiques, au pied du labyrinthe sis sous les ruines de Mountreal-de-Sos, au-dessus d'Horus et face à la montagne surmontée d'un dolmen, sous lequel au solstice d'été s'infiltrent les rayons du soleil frappant le tailloir sacré, et le front de qui d'assis devant. Je vécus ... je vécus aussi ... mais comment partager pareils enseignements, et le faut-il vraiment ?

Qui sera également assez fou et empli de conviction pour s'aventurer ainsi dans d'inextricables fourrés sur les pans escarpés du Royal Mont, jusqu'à la grotte dite ? À moins qu'une autoroute y mène à présent, avec rangées de stands de vente de bibelots templiers en plastique, depuis 30 ans que n'y suis retourné ... et que des conférences y soient organisées, traitant des recherches d'Otto Rahn ou d'Alexis ... pour le compte des nazis, et des risques de criminelle propagation de certaines vérités, toujours cachées dans les Pyrénées, déformées pour tel ou tel intérêt.

Sachez que je guidai, informai, conseillai certains personnages de renom, à travers l'Aude et l'Ariège, ... mais avais préalablement été conduit, sur une quarantaine de kilomètres dans une foret dense possiblement peuplée d'ours, seul (à la recherche en sorte du chemin à parcourir pour comprendre la transition entre Chrétien de Troyes et Cervantes de Huesca, entre la Quête du Graal et Don Quichotte de la Mancha), par un canidé plus loup que chien. Sans lequel je ne serais probablement plus là. J'ai risqué ma vie plusieurs fois, et l'ai regagnée pareillement.

A l'aide de mon précieux livret Tarasconnais, trente ans avant le Code da Vinci, je passai par Rennes-le-Château, et participai avec mon esprit de déduction et ma soif de connaissance des « hérétiques » aux recherches sur les mystères de l'abbé Saunière.

Croyez-moi encore si je vous dis, pour y être pareillement allé, que la Mer Morte garde ses manuscrits très en surface. La principale école Essénienne finira par être redécouverte, possiblement du nabatéen côté de Petra, ou au Yémen ou plus vraisemblablement en Ethiopie. Et s'écroulera enfin la supercherie dans la supercherie.

Un bon début. Le Vatican indemnisera par milliards ses victimes et leurs descendants pour les torts irréparables causés, à commencer aux bronzés descendants d'illustre aïeul injustement crucifié. Puis spolié par manipulations successives de son authentique message essénien de mec sympa, un peu allumé mais bon père de famille bicolore, qui voulait améliorer le monde et a convaincu pas mal de bons types de le suivre en ce sens.

Il faut dire que son épouse, la Marie-Madelaine, était particulièrement vertueuse aussi, si vierge de toute méchanceté que l'on finit par la statufier en Vierge Noire, créant ainsi future mystérieuse confusion.

En définitive : N'allez pas croire que je vais vous affirmer formellement, comme ce qui précède, que le temps a effacé les traces de métissage et que je suis petit- petit- petit- petit- ... fils du Jesus, n'en étant toujours pas revenu de la portée, déportée, de son simple pas toujours si sage passage sur terre.

Rien à voir. À peine si j'ai une certaine parenté avec Thor, mais on ne se voit plus trop.

Bref, gens de couleur, intéressez-vous un brin aux raisons, à l'époque du visible esclavage, que l'Eglise avait de détruire des Livres une si fondamentale figure noire emblématique.

Du coup, toutes femmes, de toutes couleurs confondues, ont souffert de cette discrimination durant un millénaire et demi, pour le moins.

Dommage que ce si civil Jésus  ne fut point homosexuel. Auquel cas les criminels censeurs religieux, n'auraient ou n'eussent ?-je ne vais pas m'emmerder avec ça- pu se nuire à eux-mêmes ! Ni par conséquent à des milliards successifs de femmes et de gens de couleur ! Et d'homos, puisqu'il faut une exception à toute règle.

Certes, existe bien pire que l'asservissement judéo-chrétien de la femme. L'infecte condition des « femelles » en pays barbares. Sous d'innomables régimes, dont la politique suisse prostituée cautionne les agissements, en abritant encore sur son territoire des espaces d'esclavagisme consulaire.

Que la Suisse rase sans délai ce type de Représentations d' « intouchables » attardés milliardaires tortionnaires. Ou passe un jour en Cour de Justice internationale, pour complicité de crimes contre l'Humanité.

Déjà qu'avec ce qui attend la BNS, ayant bradé sans notre avis 1'500 tonnes d'or, nous faisant ainsi perdre 75 milliards en une décennie. Dont la restitution à chaque spolié citoyen se monte à 9'375.- très attendus ...

.....................

Et franchement, vous avez vraiment tenu le coup jusqu'ici ? Qu'y faire, vous devenez sérieusement accros! Il paraît qu'étrangement ce sont les articles les plus longs qui sont le plus lus. Gage de consistance du contenu ?! Pas vraiment, preuve en est presque.

En fait, mes -mine de rien- si hautes fonctions présidentielles me laissent fort peu de temps, et je balance chaque jour un zeste de plus de « divertissante » spontanéité à chaque fois que je rouvre le dossier.

Donc on n'est pas sortis de l'auberge ; ça gamberge, ça gamberge ... et « victimes » toutes choisies, ça repart de plus belle :

CRÈME DES POÈMES :


Homme ! Ô ! Vêts habitat sûr ! Habille ta vie d'envies !

Deux belles rebelles qui les appellent !
Deux petits chéris, sans appétit !
Deux plantes qui se vantent,
Deux gars gâteux qui parlent entente,
Causent à l'autre d'autre choses,
Défient ces filles superbes, et alliés ne les loupent:
...

Sous les pieds l'herbe leur coupe
dès que mâle les emballe !
...

Deux de perdus, et tous les autres, et tout le reste,
pestent, éperdues de gêne,
ces assidues dames en peine.
(Qu'on ne le clame) :
Qui en silence se consoleront
de l'absence de fanfarons,
...
et pour n'avoir, ô gag, « cédé » à la drague
de deux « hideux » ..... !

Ne faisant de mâles à celles qui râlent et les harcèlent.

...............................

Si si, il doit y avoir un fil con du cœur par là-dedans, en cherchant bien, mais on s'en fout et continue le voyage :

6.9 : Intensité du dernier séisme en Inde. À une virgule près il mettait la contrée sens dessus dessous.

..............................

Sinon, côté tabous à ne pas toucher sous régime pas même bananier, non, je ne vois plus.

Allez, comme s'éveillant d'un drôle de rêve aussi authentique que farfelu, l'on trouve à ses côtés l'étrange cadeau dont on connaît vaguement la provenance et le contenu ; Mais à quel point ? Sorte de fantastique et toutefois si réelle continuité de message ancestral, susceptible de mener au Véritable Trésor intérieur :

ROTAS
OPERA
TENET
AREPO
SATOR

Aucun commentaire: