Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 23 septembre 2011

ET S'IL S'ECRASAIT SUR LE BUGARACH ?



  • Un satellite gros comme un bus va percuter la Terre

    Par Franck LEFEBVRE-BILLIEZ, le 22 septembre 2011 à 08h10 , mis à jour le 22 septembre 2011 à 22h45
     
    Sa mission finie, sa réserve de carburant épuisée, UARS (Upper Atmosphere Research Satellite) va retomber sur Terre vendredi. Si une bonne partie brûlera lors du passage dans l'atmosphère, 532 kg de carcasse, de roues et de batteries devrait atteindre le sol. Où ? Mystère...

    Ce n'est pas de la science-fiction, et l'échéance se rapproche : un satellite américain, grand comme un bus, doit retomber sur Terre vendredi. A quelle heure ? Difficile de le dire. Où ? Encore plus problématique. Ce sera quelque part entre 57 degrés de latitude nord et 57 degrés de latitude sud, une superficie qui couvre une grande partie de la Terre. Mais la Nasa se veut rassurante : selon l'agence spatiale américaine, il n'y a que 0,03% de risque qu'un humain soit touché par les débris. Car il y aura bel et bien des restes solides de l'engin qui auront résisté à la traversée de l'atmosphère, et qui atteindront le sol : "Si une grande partie du satellite va se briser en de nombreux morceaux (...), tous les débris ne vont pas brûler", a expliqué la Nasa. Qui tient toutefois à préciser que jusqu'ici, "il n'y a jamais eu d'accident provoqué par un engin spatial revenant dans l'atmosphère", et qui rappelle que sur toute l'étendue terrestre susceptible de servir de point d'impact, "90% est inhabitée".
    Le petit plaisantin dont on guette ainsi le retour "from outer space", comme le chantait Gloria Gainor, ou selon l'expression consacrée par l'inoubliable nanar d'Edward Davis Wood Jr (l'un des plus mauvais films de science-fiction qui ait jamais été projeté sur les écrans) répond au doux patronyme d'Upper Atmosphere Research Satellite. En bon anglais : UARS, à prononcer "YOU-arz", à la façon d'un ours qui bâille. C'est un satellite de la Nasa d'une dizaine de mètres pesant près de six tonnes. Il a été mis en orbite en 1991 par la navette Discovery pour étudier la haute atmosphère. UARS a fini sa mission en 2005 et va retomber sur terre faute de carburant.
    Une localisation du crash 20 minutes avant l'impact
    En 2002, l'agence spatiale américaine avait mené un audit sur les risques induits par la retombée du satellite. Il en découle que sur les 5668 kg du mastodonte, 532 kg seulement pourraient survivre à l'entrée dans l'atmosphère. Soit 26 objets parmi lesquels on compte des roues et des batteries. "Des engins de cette taille retombent en moyenne une fois par an", relativise Mark Matney, un scientifique de la Nasa spécialiste des débris spatiaux. Le plus gros engin spatial à être retombé sur terre est la station spatiale soviétique Salyut 7 dont les débris ont arrosé une ville d'Argentine en 1991, sans faire de victime.
    La Nasa a prévu de communiquer sur la chute 12 heures, 6 heures et 2 heures avant l'arrivée du satellite. Mais, même deux heures avant, les ingénieurs ne pourront pas faire mieux que d'avancer une zone d'impact large de 12.000 km. Et ce n'est qu'à 20 minutes de la chute qu'ils pourront se prononcer précisément. "Cette incertitude s'explique notamment par la trajectoire vagabonde du satellite et par ses culbutes qui nous empêchent de savoir comment il va évoluer", a expliqué Mark Matney.
    L'agence américaine de gestion des crises (Fema) "est mobilisée" comme toutes les agences américains qui s'occupent de la sûreté publique, a indiqué la porte-parole de la Nasa Beth Dickey. La Nasa a demandé aux gens qui seraient en contact avec les débris de l'engin de ne pas les toucher. Non parce qu'ils sont toxiques ou inflammables mais parce qu'ils pourraient être coupants. Et aussi "parce que, formellement, ils appartiennent au gouvernement américain", a rappelé la porte-parole. 

    Par Franck LEFEBVRE-BILLIEZ le 22 septembre 2011 à 08:10

Aucun commentaire: