Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 19 septembre 2011

LA GLF A OUVERT SES PORTES


Franc-MaçonnerieLoge ouverte chez les francs-maçons

À l’occasion des Journées du patrimoine, la Grande Loge de France entrebâille pour la première fois ses portes.
Elles pensaient qu’elles ne feraient pas la queue. Aux dernières Journées du patrimoine, Nassera et Louisa avaient visité l’Élysée, cette année elles ont opté pour un lieu "plus confidentiel", l’hôtel de la Grande Loge de France, dans le 17e arrondissement de Paris. Hier, il fallait pourtant s’armer de patience pour pouvoir pénétrer l’imposante bâtisse en pierre ocre qui fête cette année son centenaire.
La connaissance des deux jeunes femmes en franc-maçonnerie se limite aux ouvrages de Dan Brown, aux "templiers bâtisseurs de cathédrales" et aux symboles "équerre, compas et pyramides". Michel, de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), en est sûr : "Les “francs-macs” sont partout, et surtout aux manettes du pouvoir." "C’est quoi, ici, l’Opus Dei?", ose Benjamin, 19 ans.

"Nous ne sommes pas une secte"

Le visiteur est pris par la main, les frères se veulent accueillants. "Transparence" est le mot du jour pour offrir aux profanes un visage ouvert. Dans le temple Franklin-Roosevelt, debout sous "l’œil de la connaissance", deux frères arborant leurs sautoirs expliquent le processus pour entrer en franc-maçonnerie. "Par cooptation, d’accord, mais comment fait-on pour en sortir?", s’enquiert Georges, de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). "On met à peu près un an et demi pour y entrer et une minute pour en sortir! Nous ne sommes pas une secte, nous ne retenons personne", assure l’un des deux guides.
"Alors pourquoi tant de secret, qu’avez-vous à cacher?", insiste Benjamin, le lycéen. "Nos obédiences sont des associations loi 1901. Loin du secret, donc! Nous faisons preuve de discrétion parce que la franc-maçonnerie est une démarche personnelle, privée." "Leur message est beau, humaniste. Vouloir améliorer la société, c’est louable", s’enthousiasme Marie-Cécile, une retraitée. La Danoise Lisa est un peu déçue : "J’aurais aimé assister à la reconstitution d’une cérémonie d’intronisation et découvrir la crypte." Pour cela, il fallait faire partie des 150 invités du premier dîner annuel de la Grande Loge de France, qui s’est tenu hier soir.

Adeline Fleury - Le Journal du Dimanche
samedi 17 septembre 2011
Paru dans leJDD 
 
  La Grande Loge de France veut combattre les idées reçues sur la Franc-maçonnerie. (Reuters)

Aucun commentaire: