Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

samedi 18 février 2012

BON, ON A LE TEMPS !!!

APOCALYPSE – Isaac Newton a prophétisé la fin du monde pour 2060

Une gravure de sir Isaac Newton (AP Photo)
La controverse fait rage depuis des décennies : sir Isaac Newton, l'un des plus grands scientifiques de l'histoire, mort en 1727, était-il versé dans la théologie et le mysticisme ? Aux yeux de tous, Newton est celui qui a révolutionné la physique, les mathématiques et l'astronomie aux XVIIe et XVIIIe siècles, définissant notamment la loi de la gravité universelle et les trois lois du mouvement auxquelles il a donné son nom. Et pour beaucoup de nos contemporains, science et religion ne peuvent faire bon ménage.
"Contrairement à son image publique, la plupart des travaux de Newton n'étaient pas consacrés à la science mais davantage à la théologie, au mysticisme et à l'alchimie", avance pourtant Haaretz. Le quotidien israélien en veut pour preuve les archives que vient de rendre publiques la Bibliothèque nationale d'Israël. Quelque sept mille cinq cents pages manuscrites d'archives, numérisées et mises en ligne en libre consultation dans le cadre du Projet Newton de l'université de Cambridge, qui dévoilent l'autre facette du grand scientifique britannique. Celle d'un influent théologien qui appliquait son approche scientifique à l'étude des textes sacrés, et notamment du mysticisme juif.
"De notre point de vue, il y a une contradiction entre les sciences naturelles et le rationalisme d'un côté, la théologie, le mysticisme et la foi de l'autre. Mais, dans son esprit, en tant que produit de son temps, comprendre les lois de la nature impliquait de comprendre comment le monde fonctionne", explique Milka Levy-Rubin, commissaire de la collection de sciences humaines de la Bibliothèque nationale d'Israël.
AN -48 AVANT L'APOCALYPSE
Extrait d'un écrit manuscrit de sir Isaac Newton (capture d'écran)
Parmi les pages vieillies, une incroyable prédiction : la fin du monde aura lieu en 2060. Mais, quelle pomme a bien pu lui tomber sur la tête ? Cette conclusion, le physicien l'a tirée non pas au terme de savants calculs mathématiques, mais en lisant entre les lignes de la Bible et du Livre de Daniel de l'Ancien Testament. Newton est parti de la date symbolique du sacre de Charlemagne, en 800 ap. J.-C. Se référant au Livre de Daniel, qui selon lui prévoyait la fin du monde mille deux cent soixante ans plus tard, il a établi que la fin des temps serait 2060 (voir l'index des documents relatifs aux prophéties de Newton). Le décompte est lancé.
Les archives témoignent des heures passées par sir Isaac Newton dans les textes sacrés et les écrits mystiques. Tout aussi intéressantes sont les nombreuses tentatives qu'il a esquissées pour imaginer ce à quoi la fin des temps pourrait bien ressembler et les cartes qu'il a dessinées pour l'assister dans son calcul de l'apocalypse.
UNE SOMME THÉOLOGIQUE
Pour la commissaire des collections, l'importance des écrits théologiques du physicien britannique vont au-delà de l'édification intellectuelle qu'ils révèlent. C'est donc un véritable trésor qui s'est retrouvé sur les étagères de la Bibliothèque nationale par "un mélange de chance et de coïncidence", rapporte Haaretz.
Cent cinquante ans après sa mort, les descendants de sir Isaac Newton ont transféré ses manuscrits à l'université de Cambridge, où le physicien avait étudié. L'université n'a retenu que ses écrits scientifiques et a rendu les autres manuscrits à ses descendants. En 1936, ces manuscrits ont été proposés aux enchères chez Sotheby's, à Londres. Mais, au même moment, son concurrent Christie's organisait une vente d'art impressionniste, bien plus attendue.
Une aubaine pour les deux seuls acheteurs : le célèbre économiste John Maynard Keynes et le collectionneur et orientaliste juif Abraham Shalom Yehuda, qui se sont partagé la collection. A Keynes, les manuscrits d'alchimie et à Yehuda, les écrits théologiques. A la mort du collectionneur, en 1969, ces précieux documents ont été donnés à la Bibliothèque nationale d'Israël.

Aucun commentaire: