Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

vendredi 7 octobre 2011

SHERLOCK HOLMES ET LE NECRONOMICON


Moriarty, encore et encore !
Sylvain Cordurié   Vladimir Krstic-Laci   Sherlock Holmes et le Necronomicon (tome 1) - L’ennemi intérieur
Soleil - 1800 2011 /  13.50 € - 88.43 ffr. / 48 pages
ISBN : 978-2-30201624-8
FORMAT : 23,4x32,3 cm


Il ya des méchants auxquels la littérature est si attachée, que les auteurs ont du mal à s’en défaire : le cas du professeur Moriarty, célébrissime adversaire de Sherlock Holmes – son alter ego maléfique – relève de cette définition. Précipité du haut d’une chute d’eau, on pourrait le penser fini… mais le voilà de retour dans cette aventure très ésotérique d’un Sherlock Holmes bien étrange.

Car voilà Holmes devenu un garçon calme, plutôt curieux des autres depuis qu’il a abandonné la drogue, voyageant jusque dans les pôles… un miracle dira-t-on ? À moins que l’explication ne soit autre. Confronté à une série d’événements surnaturels, qui tous, lui évoquent son adversaire disparu, Holmes se retrouve logiquement sur la piste de Moriarty… mais un Moriarty bien différent lui aussi, une version victorienne de Voldemort, nanti d’une demi vie et de connaissances magiques dont il entend bien faire usage pour se venger, et clore son long duel avec Holmes.

Sherlock Holmes est donc de retour : mais il quitte un peu les terres de Conan Doyle pour se risquer sur un territoire plus étrange, plus sauvage, celui d’H. P. Lovecraft et du monde du Necronomicon, l’ouvrage maudit qui ouvre les portes de notre réalité à des créatures venues d’un lointain passé et dissimulées dans d’autres dimensions, les Grands anciens… Une belle idée de cross-over et le scénario de Sylvain Cordurié s’articule impeccablement, d’évènements étranges en duels surnaturels. La bonne idée, c’est aussi d’avoir changé Holmes (et d’expliquer les raisons du changement) : fini le détective opiomane et psychotique, voilà un Holmes sympathique, posé, curieux des autres et engageant… Une version civilisée en somme, mais est-il bien armé pour faire face aux grands anciens ? C’est à suivre de près !

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 27/09/2011 )


Aucun commentaire: