Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 14 mai 2012

CHASSE AUX TRESORS EN ARIEGE

Lundi 14 Mai - 10:58 - Saint Matthias
Publié le 14/05/2012 07:57 | Arnaud Paul

En quête des trésors d'Ariège

géocaching

Jean Rouzaud cache un « trésor » avant de relever les coordonnées GPS et de rédiger une énigme./ Photo CAF
Jean Rouzaud cache un « trésor » avant de relever les coordonnées GPS et de rédiger une énigme./ Photo CAF
Jean Rouzaud cache un « trésor » avant de relever les coordonnées GPS et de rédiger une énigme./ Photo CAF
L'Ariège fourmille de caches au trésor mises en place par des passionnés de patrimoine culturel et naturel. Jean Rouzaud du CAF des montagnards ariégeois en a créé une quinzaine à lui tout seul.
Une paire de chaussures de marche, un GPS et une bonne dose de curiosité… Tout est prêt pour partir à la recherche des trésors cachés d'Ariège.
Créé aux États-Unis, le géocaching permet tout à la fois de s'exercer au maniement du GPS et de la carte tout en découvrant des sites culturels ou naturels. L'Ariège compte près de 165 caches au trésor installées par des passionnés comme Jean Rouzaud du CAF des montagnards ariégeois.
« J'ai créé une quinzaine de caches sur l'ensemble de l'Ariège » explique Jean Rouzaud. Le principe est toujours le même : sélection d'un site que le bénévole du CAF veut faire découvrir, cache d'une boîte en plastique contenant un carnet et quelques « trésors » comme des stylos, des portes clés, une notice d'informations sur la météo en montagne… Ensuite, Jean relève les coordonnées GPS de la cache et rédige une petite énigme qu'il mentionne sur des sites spécialisés comme www.geocachnig.com ou www.mides.fr.
« Quand quelqu'un découvre la cachette, il note son passage sur le carnet, prend un trésor et en remet un » indique Jean Rouzaud. L'usage veut que lorsqu'on découvre un trésor, on remet un objet d'une valeur équivalente à celle de l'objet qu'on prend.
Le bénévole du CAF s'est pris au jeu du géocaching pour pimenter les randonnées de groupes du CAF : « Cela donne un but à une randonnée et puis c'est un très bon support pour apprendre à se servir d'un GPS et se repérer sur une carte. »
« On choisit en général un site joli, pittoresque, qui offre un point de vue ou un aspect particulier », souligne le bénévole. Créer des caches réserve parfois quelques surprises, comme à la chapelle de Lujat, où un taureau montait la garde : « Ce jour-là, j'ai fait demi-tour… », confie Jean.
« Pour le lion de Caralp, un couple de Hollandais qui cherchaient la cachette s'est retrouvé au milieu d'un pré avec les coordonnées que j'avais mentionnées. Ils m'ont signalé l'erreur par internet… J'ai corrigé et finalement, ils ont pu trouver la cachette », détaille Jean Rouzaud.
En plein développement, le géocaching attire un public toujours plus large et international. Certains choisissent même leur destination vacances en fonction de la présence de caches. L'intérêt du géocaching est qu'il peut se pratiquer en famille, sur des théâtres aussi divers que la montagne, la campagne mais aussi la ville… Il y a des caches absolument partout. Un prétexte pour découvrir les véritables trésors naturels ou culturels du patrimoine local.

Des caches en Ariège

L'Ariège recèle près de 165 caches au trésor. N'imaginez pas découvrir le trésor des Cathares mais plutôt des joyaux du patrimoine culturel et naturel du département. Attention, il faut résoudre une petite énigme pour trouver le trésor du Prat d'Albis, du lion de Caralp, du col d'Appy ou de l'étang du Montcalm.
www.geocaching.com

Aucun commentaire: