Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

dimanche 27 mai 2012

RETOUR EN FORET D'ORIENT

Le trésor des Templiers, source inépuisable d'inspiration

Publié le samedi 26 mai 2012 à 10H28 - Vu 15 fois
 
C'est par un beau soleil que les dessinateurs Denis Falque et Pierre Wachs  ont redécouvert les sites magiques de leur bande dessinée
C'est par un beau soleil que les dessinateurs Denis Falque et Pierre Wachs ont redécouvert les sites magiques de leur bande dessinée

La Loge-aux-Chèvres - Denis Falque et Pierre Wachs, auteurs du « Triangle secret », sont venus s'imprégner de l'ambiance fantastique des étangs qui les a inspirés La Loge-aux-Chèvres - À l'occasion du 700e anniversaire de l'abolition de l'ordre des Templiers, Didier Convard et deux des dessinateurs de la bande dessinée Le Triangle secret, étaient présents dans l'Aube à la médiathèque de Troyes.
Toutefois, le récit romanesque, bâti sur l'interprétation de certains faits historiques, repose sur des références précises. Ainsi, Denis Falque et Pierre Wachs sont venus se replonger dans une ambiance de mystère et de récits plus ou moins fantastiques au bord de l'étang de la Petite-Chaussée et du Grand-Étang de la Loge-aux-Chèvres, lieux dans lesquels ils ont puisé leur inspiration.
Ils étaient accompagnés des initiateurs de cette rencontre, Vincent Paris et Marie-France Solignac, deux passionnés de bandes dessinées et animateurs de l'association Bulles de Troy, ainsi que de Gérard Schild, narrateur invétéré du patrimoine troyen et aubois.
La légende raconte que c'est sous ce grand étang, datant de l'époque des Templiers, que le trésor de cet ordre se trouve enfoui et, avec humour, Pierre Pescarolo, a rappelé « que celui qui, un jour, verrait sauter une carpe doré tenant dans sa bouche une pièce d'or aurait alors découvert le lieu où repose le fameux trésor ». Mais rien n'a encore révélé une présence quelconque de cassette.
Si Denis Falque et Pierre Wachs ont retrouvé cette nature où imagination et réalité se mêlent intimement, le mystère du trésor reste entier...

Aucun commentaire: