Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

mardi 8 mai 2012

L'HERITIERE DE L'ABBE SAUNIERE











Jean-Michel Thibaux est bien connu pour avoir créé un nouveau courant littéraire, « le roman castelrennais ». Avec L’Or du Diable (Orban, 1988), il est le premier à avoir romancé la « Belle Histoire », qui du reste a donné lieu à une série TV à succès reprise en vidéo. Plus de 20 après il revient sur le sujet, avec sa complice Martine Alix Coppier, en signant L’Héritière de l’Abbé Saunière (Presses de la Cité, 2012). Il estime en effet avoir fait une place trop belle, dans son ouvrage fondateur, au Prieuré de Sion, « ordre créé de toutes pièces pour brouiller les pistes et servir les ambitions d’une poignée de faussaires ». Il faut s’en tenir aux vraies sociétés secrètes dans l’ombre desquelles gravitait Saunière, à savoir les Johannistes (toujours) et (maintenant) Les Frères Asiatiques ou Chevaliers et Frères de Saint Jean l'Evangéliste venus d'Asie en Europe. Tout ce joyeux petit monde œuvre, pour les premiers, au rétablissement du Saint Empire Romain Germanique, pour les seconds, à la domination de l’Occident par la famille des Habsbourg. Et pour ce faire ont besoin des découvertes de notre abbé.

L’autre accroche du roman est celui de Marie Dénarnaud, fidèle servante du prêtre, très dévouée à celui-ci jusque la fin de sa vie et bien au-delà. Il est vrai que notre curé nous est décrit comme un « chaud lapin », sensible aux charmes de sa servante, de la sœur de cette dernière, Julie, mais aussi d’Emma Calvé et d’une foultitude d’inconnues. On rencontrera par exemple Bérengère, fille naturelle de Bérenger et fruit d’une galipette avec une jeune paysanne dans une meule de foin en Bretagne.
On assistera au décès du prêtre, avec, pour son enterrement, ce délicieux commentaire au sujet des participants à la cérémonie : « Manquaient Monseigneur Billard, le protecteur de Bérenger, Barthélémy Rouanet et Henri Boudet ». Va pour Rouanet, mais Billard et Boudet l’attendaient déjà de l’autre côté !!!
On rencontrera notre fidèle Otto Rahn, dont les manières efféminées séduiront Marie, mais pas au point de lui révèlera son secret. Nous ferons aussi la connaissance d’Auguste Carbonnel, son soupirant de Rennes-les-Bains avec qui elle faillit craquer. Mais Dieu merci, elle su résister à ce personnage rusé qui la maltraitera avec une grande violence pour essayer de la faire parler.
Mais tout n’est peut être pas perdu ; car si Marie ne dévoilera rien à la famille Corbu, la petite Bérengère, en rangeant les affaires de Marie après son décès, mettra la main sur le fameux carnet secret de son père.
Et bien voilà qui annonce une suite, non ?


Notes trouvées sur internet au sujet des Frères Asiatiques

Aucun commentaire: