Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 17 décembre 2012

ET PAN SUR LE FENECH DE BUGARACH

16/12/2012

Georges Fenech a créé le buzz médiatique sur Bugarach pour relancer la machine antisecte !

On nous refera pas le coup du scandale du Temple solaire de 1995 ! Ce massacre aux ficelles occultes orchestré en haut lieu avait déclenché une hystérie antisecte en France ! Depuis quelques mois le député Georges Fenech surfe sur une rumeur internet reprise en boucle dans un conseil communal de Bugarach selon laquelle le village serait épargné par la fin du monde le 21 décembre 2012. Après avoir traité du phénomène apocalyptique dans le rapport annuel 2010 de sa mission, il écrivit un livre sur le sujet et créa un énorme emballement médiatique . Comme en 1996 cette mascarade a réussit à recueillir l'assentiment général au point que le "spécialiste antisecte" se voit aujourd'hui accorder la direction d'un 'groupe d'étude sur les sectes' à l'Assemblée nationale. Décryptage d'un curieux coup médiatique ...

fenech 3.jpg
 Georges Fenech ne veut pas désarmer
Chronique d'un buzz méthodiquement entretenu
En 2010 lors d'un conseil municipal Jean-Pierre Delord, le maire du paisible village de 200 habitants de Bugarach (dans l'Aube) annonce qu'il a appris l'existence de rumeurs persistantes colportés sur internet selon lesquelles son petit village serait épargné de la fin du monde prévu le 21 décembre 2012. Ce qui devait rester une plaisanterie est tombé dans l'oreille d'un journaliste local qui a ébruité la nouvelle qui de fil en aiguille est tombée aux oreilles de la MIVILUDES;
Le 21 décembre 2010, quelques journaux locaux ont amorcé le phénomène en publiant un article 2 ans jours pour jours avant la fameuse date de fin du monde.
Début juin 2011, Georges Fenech alors président de la MIVILUDES survole en hélicoptère le fameux mont "pour localiser les bunkers de 'la fin du monde' "
• Le 15 juin 2011, il publie son rapport annuel tant attendu. Le drapeau rouge d'un suicide collectif à Bugarach est agité dès l'introduction...Le 30 juin suivant il subit le camouflet que constitue la condamnation de la France par la CEDH dans l'affaire de la taxation des deniers du culte des témoins de Jéhovah.
• Ne souhaitant pas désarmer, Georges Fenech prépare un plan de riposte élaboré. Il organise une réunion à la préfecture de Carcassonne en présence des forces de l'ordre et d'associations spécialisées dans la lutte antisectes.

• Juin 2012, Georges Fenech nouvellement élu député, quitte la Miviludes mais pas son obsession car il termine la rédaction d'un livre intitulé: "Apocalypse-Menace imminente; les sectes en ébullition". Autoproclamé «plus grand spécialiste de la lutte antisectes en France», l’homme raconte son survol en hélicoptère de la vallée de Bugarach, «là où plusieurs grandes sectes ont pris leurs quartiers depuis quelques mois». Pourtant le journaliste Nicolas Estienne d'Orves raconte que durant ces "quelques mois passés sur le plancher des vaches : hormis quelques gentils zozos, [il n'a] vu nulle trace de secte" ! Dans ce livre il révèle les desous de cette affaire: «L’Apocalypse, d’une actualité brûlante, me servira de fil d’ariane dans ce labyrinthe aux méandres insoupçonnés dont Bugarach sera la première étape.» Il y a donc vraiment une mise en scène !

• A partir de septembre 2012, il accorde des dizaines d'interviews pour faire le marketing de son ouvrage et pour marteler son message de peur. « Il y a eu une vaste paresse des journalistes qui se sont recopiés les uns les autres, constate Nicolas d'Estienne d'Orves, auteur du 'Village de la fin du monde'. Quant à la Miviludes, elle a joué à fond là-dessus pour justifier ses subventions alors qu'il n'y a pas de secte à Bugarach et aux alentours. » 

• Le 12 octobre 2012, Fenech se rend à nouveau à Bugarach accompagné de plusieurs associations anti-sectes; il obtiendra du préfet le déploiement de pas moins de 500 gendarmes et pompiers pour le seul village de Bugarach afin de prévenir d'éventuels dérapages !

• Le 3 décembre 2012, il déclare à Nice-Matin qu'il se rendra sur place le 21 décembre. « Ma place est là-bas, près de ceux qui luttent pour éviter un nouveau drame » dit-il théâtralement.
gaulois.jpg
  Une vaste manipulation médiatique sur fond de commerce
Bien sûr, il s'agit simplement d'un mythe échafaudé à partir duquel s'organise une vaste fumisterie médiatique. Cela n'empêche pas certains de faire tout un buzz autour de ce vrai faux-événement. Comme le relate Le Point du 11 août dernier, absolument rien ne se passe à Bugarach en ce début d'été 2011 et de citer le bon sens d'un villageois: "Ils ne trouvent rien, alors ils inventent". Reste que l'artisan incontesté de ce buzz est sans conteste Georges Fenech l'ancien président de la Miviludes avec l'emballement médiatique que nous connaissons. C'est tout ce qu'avait besoin Monsieur Fenech pour être nommé président du groupe d'études sur les sectes à l'Assemblée nationale et entretenir la sectophobie en France afin d'obtenir des subventions. A ce propos une enquête a été demandée par la Direction générale de la justice de la Commission européenne épingle la France pour son climat d'intolérance délétère. A la page 23 nous apprenons que « le nombre de personnes ayant le sentiment que la discrimination, fondée sur la religion ou les convictions, est répandue en dehors du travail varie de moins de 10% : en Lettonie (7%), Irlande et Lituanie (9%), à plus de 50% : en France (55%), comme en Belgique et Suède (52%)". Ce n'est donc pas étonnant.

Aucun commentaire: