Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

dimanche 21 août 2011

BUGARACH, L'INDIGESTION

Miviludes, l'arnaque Bugarach...



Miviludes, l'arnaque Bugarach...

Lors de la remise de son rapport 2010, le Président de la Miviludes Georges Fenech n'a eu de cesse de surfer sur le "phénomène Bugarach" en en faisant un problème national, et décrivant un village infesté par les "sectes" et prédisposé au suicide collectif pour décembre 2012. Georges Fenech a même été jusqu'à louer un hélicoptère sur les deniers publics pour survoler le pic de Bugarach (pourquoi ?, qu'espérait-il trouver ?, seul les extra terrestres le savent...).

Pourtant, dans le Point du 11 août, un article fort intéressant est paru (p 54), démontrant qu'en fait il ne se passe rien à Bugarach et que la Miviludes a juste profité d'un engouement médiatique basé sur le néant pour faire parler d'elle.

Extraits du Point :

"Au fait, que se passe-t-il (à Bugarach) ? En ce début d'été 2011, franchement rien. Mais alors, rien de rien, et c'est bien le plus fascinant de l'affaire. Le soir, les petites rues de Bugarach sont désertes à faire peur. Le jour, elles sont à peine plus animées. On note une reporter, comme il se doit, qui y promène sa caméra et à la mairie un joli mariage, tout à fait ordinaire, où l'on s'invite, d'ailleurs sans provoquer démoi : tout le monde, à Bugarach, est habitué à ces journlaistes de pasage qui décrivent ensuite un village que personne ici ne reconnaitra. "Ils ne trouvent rien, alors ils inventent", s'emporte un invité."
(...)
""A force de lire dans les journaux qu'il se passe des choses anormales, tout le monde se méfie de tout le monde", regrette ce résident, qui, par goût et depuis toujours, aime s'habiller en blanc et surprend maintenant des regards en biais. "Et puis, on sait que les renseignements généraux nous surveillent, c'est très désagréable". Psychose, amalgames..."
(...)

Une élue s'indigne

"Récemment convoquée à une réunion spéciale "fin du monde", la maire de Cubières, Sylvie Romieu, est furax. "Ces messieurs de la Miviludes débarquent, montrent du doigt nos yourtes sans rien connaitre du projet, et puis les journaux confondent tout"..."

Comment tout a commencé

"En novembre 2010, un habitant signale au maire la présence sur le net d'un ou deux sites tordus qui évoquent un calendrier maya, une apocalypse prévue pour le 21 décembre, et la possibilité de se réfugier sur le pic, qui serait miraculueusement préservé de la catastrophe. Jean-Pierre Delord, le maire, aborde la chose, sans la prendre au sérieux, lors du conseil municipal. Un conseiller rapporte l'histoire à un journaliste de l'indépendant de Perpignan, lequel fait sur cette invasion programmée un reportage marrant, "mais très, très exagéré" reconnait aujourd'hui le maire. "J'aurais dü tout de suite recadrer", dit-il. Trop tard."
(...)
Il y a quinze ans, les envoyés spéciaux auraient trouvé les mêmes gugusses. Mais à partir de rien, la sauce monte, et le dossier médiatique prend une telle ampleur que les autorités s'en mêlent."

Ah ! rumeur, quand tu nous tiens...

Mardi 16 Août 2011
Jean Langlais

Aucun commentaire: