Chez le Bibliothécaire

Chez le Bibliothécaire
Bienvenue

lundi 28 novembre 2011

LES TAPAS DU Pr LIGNON : HISTOIRE DE MAISONS HANTEES



Sous -titré : France, Grande-Bretagne, Etats-Unis, 1780 - 1940 un
livre de Stéphanie Sauguet (Tallandier, 2011).

L'auteure est docteur en histoire et agrégée et son ouvrage a les
qualités - mais pas le moindre des défauts - d'un travail
universitaire . D'une lecture aisée, panoramique et complet il traite
de la maison hantée aussi bien sous l'angle des croyances, des moeurs
et des mentalités que dans la littérature (avis aux amateurs de
gothique) l'iconographie et le cinéma. Un vide est ainsi comblé de
belle manière.


Y.

Histoire des maisons hantées

de Stéphanie Sauget

Tallandier, 28/04/2011 - ISBN 9782847346794

Présentation de l'éditeur
En 1789, les châteaux brûlent. Les morts sanglantes, les deuils impossibles à faire, les mémoires mutilées, les départs en exil, les retours des émigrés contribuent à faire ressurgir la silhouette inquiétante de la maison hantée. Maison du diable, maison habitée par des esprits, des fantômes, des âmes errantes, les exemples se multiplient aux États-Unis, en France, en Grande-Bretagne. La maison hantée a d’abord été prise en considération par l’Église, qui a posé, dès le Moyen Âge, un diagnostic de « possession » et a proposé des solutions de son ressort, avec les pratiques de bénédiction et d’exorcisme. Elle est aussi examinée par les spirites, au milieu du XIXe siècle, qui proposent d’entrer en relation avec les esprits frappeurs ou farceurs pour établir une relation apaisée avec les esprits et le rétablissement de l’harmonie. Les scientifiques, quant à eux, posent le problème à des niveaux différents : les problèmes physiques liés à la maison, les relations complexes entre l’esprit et les corps, y compris inanimés ou morts, les problèmes psychiques de hantise liés aux occupants. La maison hantée est enfin devenue l’objet d’un business avec visites guidées. Stéphanie Sauget analyse aussi l’enjeu des drames privés qui font de ces maisons le cœur d’une tension entre la mémoire familiale, le patrimoine, la relation de l’individu avec la famille et le voisinage, la question de son rapport aux ancêtres, aux morts, à la descendance.

Aucun commentaire: